Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 22:36

Le 20 janvier 2009, un incident tragique a eu lieu dans le quartier de Yongsan, à Séoul, lorsque la police a voulu évacuer les occupants d'un immeuble qui protestaient contre le montant de la compensation pour la démolition de leurs résidences. Six personnes sont mortes, dont cinq manifestants et un policier. Selon les forces de police, les manifestants auraient mis le feu au toit de l'immeuble lors de l'assaut du commando pour les déloger. Pour le Parti démocratique (opposition) et les familles des victimes, l'usage excessif de la force est une des causes du drame.

Connaîtra-t-on jamais la vérité sur le tragique affrontement entre policiers et forces de l'ordre qui a fait six morts (dont un policier) le 20 février 2009 ? Tout en déclarant "navrant" un "incident aussi tragique" qui "ne doit jamais se répéter", le président Lee Myung-bak apparaît vouloir temporiser, en refusant d'établir les responsabilités avant tout établissement précis des faits. Au moment où nous écrivions des lignes, il n'avait ainsi toujours pas donné suite à la demande du Parti démocrate (opposition) d'ouvrir une commission d'enquête parlementaire, alors que le Parquet a décidé d'ouvrir une enquête.

Ils étaient entre trente et quarante personnes. Ils avaient décidé d'occuper un immeuble, afin de protester contre l'indemnisation qui leur était promise suite à la démolition programmée de leurs appartements au titre d'une opération de rénovation urbaine. Ils disposaient d'explosifs, notamment de cocktails Molotov qui auraient été lancés au moment de l'assaut des policiers pour les évacuer. L'enquête devra déterminer dans quelles conditions le feu s'est déclenché, et à partir de quel endroit, alors que le premier bilan s'établit à six morts (dont un policier) et  à 23 blessés (dont six policiers), dont plusieurs grièvement.

Le Parti démocrate, les familles des victimes et l'association à laquelle appartenaient les manifestants ont dénoncé un usage excessif de la force.

La réaction du président Lee Myung-bak amène, une fois encore, à s'interroger sur les risques d'atteintes aux libertés publiques en Corée du Sud, théâtre de protestations permanentes face au mode de gouvernement du président Lee. Après le choix de la répression pour casser les manifestations gigantesques du printemps 2008, le président sud-coréen, bien que dirigeant l'exécutif, refuse de s'interroger sur l'attitude des forces de l'ordre, lesquelles ont fait un décompte minutieux des explosifs trouvés sur place et procédé à 25 arrestations. Par ailleurs, en soulignant que seulement 7 personnes étaient des occupants de l'immeuble, elles semblent chercher à justifier l'intervention policière.  

En fin d'année dernière, l'administration Lee Myung-bak avait tenté de faire passer en force l'adoption par le Parlement de plusieurs dizaines de projet de loi pendant les congés de Noël, avant de reculer face à la détermination de l'opposition. Enfin, alors que Internet est l'un des vecteurs les plus puissants de mobilisation de l'opinion dans un pays où dominent sans exclusive les médias conservateurs, acquis au Grand Parti national du président Lee, le gouvernement sud-coréen a procédé à l'arrestation d'un blogueur anonyme, Minerva, pour diffusion de "fausses informations". Pendant plusieurs mois, Minerva avait acquis une très grande célébrité, ses articles étant lus chaque jour par des centaines de milliers de visiteurs, après plusieurs prédictions exactes sur la crise financière. Accusé de déstabiliser les marchés, Minerva avait été réduit au silence en novembre 2008, vient d'être arrêté en janvier et son identité révélée, en application de la loi coréenne sur les communications électroniques.

Sources : Yahoo! News, AFP (photo AFP : équipe de police scientifique sur les lieux de l'incendie) et KBS World Radio.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)