Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 01:01
Coréen 2495. Un nom de code. Celui du premier tome d'un ouvrage en deux volumes rendu par le président François Mitterrand à la Corée en 1993, et qui devait préluder à la restitution  non seulement du deuxième tome, mais aussi des quelque 297 volumes des protocoles royaux de la dynastie Choseon, pillés par la France lors de sa tentative d'invasion de la Corée en 1866. Un sujet toujours d'actualité qui pose la question de la guerre des trophées, et a fait l'objet d'un film éponyme du Sud-Coréen Joon Soo-ha.

1866 : la France de Napoléon III tente d'envahir la Corée. Si l'expédition du contre-amiral Roze échoue lamentablement, les militaires français pillent les précieuses collections royales coréennes qui, près d'un siècle et demi plus tard, n'ont toujours pas été restituées.

1993 : en visite en Corée du Sud, le président François Mitterrand promet de rendre les 297 volumes des archives du Oe-Kyujanggak, protocoles royaux de la dynastie Choseon pillés en 1866. En gage de bonne volonté, le chef d'Etat français remet le premier tome d'un ouvrage en deux volumes, le Hyikyungwon-Wonsodogam-Uigwe, enregistré à la Bibliothèque nationale sous le nom "Coréen 2495", mais le second tome est resté et reste encore en France.

Le documentaire Coréen 2495 du réalisateur sud-coréen Joon Soo-ha raconte son périple en Europe pour retrouver la trace du second volume, mais aussi des autres ouvrages pris par les Français en 1866, en exposant les intrigues politiques et économiques en toile de fond de l'un des principaux contentieux franco-coréens. Coréen 2495 a obtenu le prix du meilleur documentaire au dixième festival internationale du film de Pusan.

Car la France, qui a recouru aux guerres de conquête en Europe et dans le reste du monde, rechigne à restituer des trophées de guerre aujourd'hui classés et inventoriés comme des éléments de son propre patrimoine public. en l'occurrence à la Bibliothèque nationale de France. Mais ne doit-elle pas refermer la page de la colonisation et des tentatives avortées de domination impérialiste, comme dans le cas de la Corée en 1866 ?

En outre, un autre sujet, corollaire à celui des protocoles royaux de la dynastie Choseon, est le deuxième tome des Traits édifiants des patriarches rassemblée par le bonze Paegun (Paegun Hwasang Ch'orok Pulcho Chikchi Simch'e Yojol), le plus ancien ouvrage imprimé en typographie métallique au monde, datant de 1377 : acquis par le premier ambassadeur français en Corée, Victor Collin de Plancy (en poste de 1888 à 1891 et de 1895 à 1906), dans des conditions contestées compte tenu de la domination qu'exerçaient alors les puissances étrangères sur la Corée, il a été acquis par Henri Vever lors de la vente publique de la collection personnelle de Collin de Plancy, à l'Hôtel Drouot, en 1911, puis est entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France en 1950 grâce  à un don des héritiers de Henri Vever. (Sources : Video Data Bank, et Pierre Cambon, "L'art coréen au Musée Guimet", RMN, 2001, p.14)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)