Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 23:00

Face au renchérissement des prix du pétrole, le gouvernement sud-coréen a pris des mesures visant à économiser l'énergie dans les administrations, et pourrait bientôt les étendre au secteur privé. L'urgence qui entoure de telles mesures tend à montrer que ce qui est arrivé à la Corée du Nord -- un pays ayant atteint un certain niveau de développement industriel mais soudain privé de ses sources d'approvisionnement énergétique à bon marché -- n'a pas servi d'avertissement à sa voisine du Sud et au reste du monde.

 

Face à la montée des prix mondiaux du pétrole, alors que le baril de brut de Dubaï, la référence en Corée du Sud, dépasse les 140$, le gouvernement de Séoul a annoncé le 6 juillet 2008 une série de mesures destinées à économiser l'énergie.


A partir du 15 juillet, une circulation alternée a été mise en place dans plus de 800 administrations : en fonction du numéro d'immatriculation de leur véhicule, les fonctionnaires ne pourront circuler que les jours pairs ou impairs et devront emprunter les transports publics les autres jours afin de se rendre au travail.


D'autres actions sont envisagées, comme un usage plus restrictif de la climatisation dans les bureaux ainsi qu'une réduction de 30% de l'utilisation des véhicules officiels dont la moitié seront remplacés par d'autres consommant moins d'énergie ou hybrides d'ici à 2012.


Le gouvernement sud-coréen a aussi pressé le secteur privé de participer à cet effort, en recommandant à tous les citoyens de moins utiliser leur voiture et aux propriétaires de magasins d'éteindre leurs enseignes lumineuses plus tôt.


Toujours dans le cadre de cette campagne d'économie, la Corée du Sud a prévu de réduire l'ampleur des exercices militaires effectués régulièrement par ses 680.000 soldats.


Le ministère sud-coréen de la Défense envisage ainsi de diminuer sa consommation de pétrole de 14% en 2008, en révisant à la baisse le nombre d'exercices militaires engageant chars, navires et avions. Les manoeuvres seront écourtées, remplacées par des simulations sur ordinateurs. Ces mesures sont effectives depuis le 8 juillet.


Dépourvue de ressources naturelles, la Corée du Sud importe tout son pétrole et intensifie actuellement sa "diplomatie énergétique" afin d'assurer la stabilité de ses approvisionnements dans un contexte mondial de hausse des prix de l'énergie.

Dans la péninsule coréenne, depuis les années 1990, on croyait la pénurie énergétique "réservée" au Nord (ci-contre, la centrale thermique de Pyongyang en août 2006). Mais la Corée du Sud est maintenant menacée à son tour et contrainte de prendre des mesures dans l'urgence.

 

La crise énergétique, alimentaire et environnementale que traverse sa voisine du Nord depuis plusieurs années aurait pourtant dû servir d'avertissement. Comme l'écrit John Feffer, codirecteur de Foreign Policy In Focus à l'Institut des études politiques de Washington, et auteur de nombreux articles et livres consacrés à la Corée :



"L'effondrement de l'agriculture nord-coréenne dans les années 1990 n'était pas imputable à son retard. En fait, la Corée du Nord pouvait s'enorgueillir d'une des agricultures les plus mécanisées d'Asie. Même s'ils revendiquaient leur auto-suffisance, les Nord-Coréens dépendaient en réalité beaucoup des importations de carburant bon marché. [...] L'énergie fortement subventionnée arrivant de Chine et de Russie aida à faire fonctionner les bataillons de tracteurs nord-coréens. Elle contribua aussi à faire de la Corée du Nord un des plus gros utilisateurs mondiaux d'engrais, un produit pétrolier. Quand, à la fin des années 1980, les Soviétiques et les Chinois arrêtèrent de financer ces importations énergétiques, les tarifs internationaux de l'énergie devenant aussi la norme pour eux, les Nord-Coréens eurent un réveil difficile [...]


La politique économique particulière suivie par la Corée du Nord n'a pas causé la famine dévastatrice qui a suivi. Une planification hautement centralisée et les prétentions à l'auto-suffisance n'ont fait que rendre le pays prématurément vulnérable aux tendances qui affectent aujourd'hui le reste de la planète.


Comme les Nord-Coréens, notre dépendance vis-à-vis d'une énergie relativement peu chère faisant fonctionner notre agriculture industrialisée et nos usines forme maintenant un mélange mortel avec les pénuries alimentaires et un dérèglement climatique qui ne fait que commencer, nous poussant vers le précipice. [...]


Après les attaques du 11 septembre 2001, le monde entier exprima immédiatement sa solidarité en proclamant 'Nous sommes tous des Américains'. Si nous ne faisons pas des choix politiques concernant l'énergie, l'agriculture et le climat, en remplaçant l'idolâtrie de la croissance effrénée au coeur des économies capitaliste et communiste, le slogan du 21ème siècle pourrait bien être 'Nous sommes tous des Nord-Coréens'."



Ces deux photos ont été prises par un satellite d'observation à quelques mois d'intervalle en 2003 et illustrent le lien entre pénurie énergétique, dégradation de l'environnement et crise alimentaire :

à gauche, on aperçoit en Corée du Nord, en particulier près de la côte ouest, de vastes zones touchées par la déforestation. L'abattage massif d'arbres a servi à dégager de nouvelles terres pour l'agriculture et à pallier la pénurie d'énergies fossiles après l'effondrement du bloc soviétique, pénurie observable sur la photo de droite prise de nuit. Mais la déforestation a été aussi une des causes majeures des conséquences dramatiques des inondations sur les récoltes et sur la situation alimentaire en Corée du Nord.

La photo de la péninsule coréenne prise de nuit sert souvent aux adversaires de la RPDC à opposer, dans une analyse partiale et partielle, la Corée du Sud et son dynamisme économique à la Corée du Nord plongée dans la crise.

Pour combien de temps encore ?

 


(sources : The Korea Times, CNN, Foreign Policy in Focus)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)