Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 13:59

Rendu public le 2 juin 2008, un rapport indépendant a démonté les accusations de détournement supposé de fonds, s'agissant des actions humanitaires des Nations-Unies en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Si des recommandations doivent être mises en oeuvre, le constat établi par le rapport Németh est sans commune mesure avec les accusations relayées par les néo-conservateurs américains, hostiles à une solution négociée au contentieux américano - nord-coréen.

Le 13 février 2007, un accord était signé à Pékin entre six pays (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) prévoyant la cessation des activités nucléaires militaires de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) en contrepartie de garanties économiques et de sécurité.

Dès l'origine, la frange néo-conservatrice de l'administration américaine a mal accueilli l'accord de Pékin. Elle s'est donc évertuée à relancer un certain nombre de campagnes hostiles à la RPDC, notamment les accusations, jamais démontrées, de faux-monnayage et la coopération nucléaire prétendue avec la Syrie. Un des points d'orgue de cette campagne, largement relayée par les médias occidentaux, était que les sommes versées au Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), agence des Nations-Unies conduisant des actions humanitaires, auraient été détournées au profit du gouvernement nord-coréen. Si ces accusations prospéraient, les néo-conservateurs américains faisaient coup double : non seulement ils pouvaient escompter la fin des négocations avec la Corée du Nord, mais ils pouvaient aussi obtenir le retrait de l'ONU de Corée et donc fragiliser encore davantage un pays particulièrement exposé à l'insécurité alimentaire.

Face au caractère éminemment politique de la mise en cause des actions du PNUD en Corée du Nord, un rapport d'audit indépendant a été commandé par l'ONU à l'ancien Premier ministre hongrois Miklos Németh, qui a mené une enquête approfondie en interrogeant plus de 70 personnes et en consultant l'ensemble des archives du PNUD entre 1996, date de ses premières interventions en Corée du Nord, et 2007.

Les autres membres du groupe d'audit ont été M. Chander Mohan Vasudev, ancien fonctionnaire du ministère indien de l'économie et des finances, et Mme Mary Ann Wyrsch, ancien haut-commissaire adjoint des Nations-Unies pour les réfugiés et membre actuel du service de naturalisation et d'immigration des Etats-Unis. 

Rendu public le 2 juin 2008, le rapport de 353 pages n'a trouvé aucune élément à l'appui de possibles détournements de fonds au profit des autorités nord-coréennes.

Le 4 juin 2008, M. Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations-Unies, s'est toutefois engagé à mettre en oeuvre les recommandations du rapport Németh, qui déplore notamment le manque de suivi des actions entreprises par le PNUD ainsi que des négligences avérées, comme le maintien dans les caisses du PNUD de 3.500 dollars en faux billets entre 1996 et 2007.

Le lacunes dans le fonctionnement des agences des Nations-Unies ne sont pas nouvelles, mais elles s'étaient fort opportunément concentrées sur la Corée du Nord. Le résultat obtenu par les néo-conservateurs américains est également intéressant au plan médiatique : si les accusations de détournement ont fait l'objet de gros titres dans les médias, leur remise en cause est passée largement inaperçue dans ces mêmes supports d'information.

La publication du rapport Németh intervient dans un contexte d'interrogations sur la mise en oeuvre de l'accord de Pékin : si la désactivation du réacteur nucléaire de Yongbyon a été achevée à 80 %, les aides énergétiques que devaient fournir, en contrepartie, les autres parties à l'accord (Etats-Unis, Corée du Sud, Chine, Russie, Japon) n'ont été honorées qu'à 30 %. En particulier, le Japon n'a procédé à aucune des livraisons d'énergie auxquelles il s'était engagé, arguant de l'absence de progrès sur le dossier des Japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980, tout en maintenant un régime de sanctions qui frappe en premier lieu la communauté nord-coréenne de l'archipel nippon.  (Sources : Nations-Unies, AAFC)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)