Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 12:48

Moins de quatre mois après l'élection du principal candidat d'opposition, le conservateur Lee Myung-bak, à la présidence de la République de Corée (du Sud), les élections législatives sud-coréennes du 9 avril 2008 devraient confirmer la domination du Grand parti national du président Lee. Malgré un net regain de tensions avec la Corée du Nord, la campagne électorale a suscité peu d'intérêt chez les électeurs : un taux d'abstention record pourrait être l'un des enseignements les plus significatifs d'un scrutin dépassionné.

Mêmes causes, mêmes effets : depuis l'instauration en 2002 du quinquennat et l'inversion du calendrier des élections présidentielle et législatives, les élections législatives françaises tendent à confirmer le résultat de l'élection présidentielle. Les scrutins législatifs français de 2002 et 2007 ont, en outre, été marqués par des taux records d'abstention.

Un scénario identique est attendu pour les élections législatives sud-coréennes du 9 avril 2008, moins de quatre mois après l'élection, le 19 décembre 2007, du conservateur Lee Myung-Bak (Grand parti national, GPN) à la présidence de la République en Corée du Sud.

 

Les enjeux sont pourtant déterminants : sans majorité parlementaire, le président Lee ne pourra pas mettre en oeuvre son programme et il s'expose à un risque de veto des députés. Par ailleurs, la majorité constitutionnelle, pour changer la loi fondamentale, est fixée aux deux tiers des sièges. L'Assemblée nationale (en coréen gukhoe) comprend 299 membres : 245 sièges sont pourvus au scrutin majoritaire à un tour et 54 sièges sont répartis à la proportionnelle, entre les listes ayant obtenu au moins 3 % des voix ou 5 députés au scrutin majoritaire.


Le principal adversaire du Grand parti national est le Parti démocratique unifié (PDU), de sensibilité centriste, proche du prédécesseur du président Lee. Plus grande formation politique des anciens opposants au régime militaire sud-coréen, le PDU dispose d'une majorité relative dans la législature sortante (135 sièges, contre 130 au GPN) mais son candidat a été distancé de plus de 20 points à l'élection présidentielle. L'objectif du PDU est d'obtenir 100 sièges : le régionalisme qui domine la vie politique sud-coréenne devrait aider le PDU à conserver ses bastions, bien qu'il soit distancé dans les intentions de vote au niveau national.  


La nette dégradation récente des relations intercoréennes a été l'élément le plus saillant de la campagne électorale qui s'achève : après les déclarations du commandement militaire sud-coréen sur la possibilité de frappes préventives des installations nucléaires nord-coréennes, la Corée du Nord a mis en garde le Sud contre des risques de conflit armé. Les deux prédécesseurs démocrates du président Lee ont mis en place une politique de rapprochement intercoréen, critiquée par le GPN comme ayant accordé trop de concessions sans contreparties. Le lien effectué par le président Lee Myung-bak entre la poursuite des échanges économiques (la Corée du Sud est aujourd'hui le deuxième partenaire commercial de la Corée du Nord) et la dénucléarisation de la péninsule coréenne, d'une part, la question des droits de l'homme, d'autre part, tranche avec ses prédécesseurs qui dissociaient ces différents enjeux. En désignant Lee Myung-bak comme pro-Américain et "traître" à la cause de la réunification de la Corée, après avoir expulsé onze des fonctionnaires sud-coréens de la zone industrielle nord-coréenne de Kaesong, où sont implantées des entreprises sud-coréennes, la Corée du Nord a exprimé clairement sa volonté de non-ingérence dans ce qu'elle considère relever de ses affaires intérieures, ou - s'agissant du nucléaire - de sa politique de défense et de ses relations bilatérales avec Washington.  


Plusieurs autres formations politiques arbitrent le duel attendu entre le GPN et le PDU :


- des dissidents du GPN ont formé une "Alliance pro-Park Geun-hye", du nom de l'adversaire malheureuse de Lee Myung-bak à l'élection primaire interne au GPN pour désigner son candidat à l'élection présidentielle : cette alliance regroupe principalement des députés sortants non réinvestis ; le GPN affirme que ces décisions traduisent sa volonté de moraliser la vie politique en écartant des élus soupçonnés de corruption, quand les intéressés font état d'une "chasse aux sorcières" des partisans de Mme Park Geun-hye ;


- à gauche, le mauvais score (3 %) du candidat du Parti démocratique du travail (PDT) à l'élection présidentielle de décembre 2007 a entraîné une scission interne : la majorité, où se retrouvent les partisans des idées du juche du président nord-coréen Kim Il-sung, est accusée de nationalisme par la minorité, proche de la centrale syndicale KCTU, qui a quitté le PDT pour fonder le Nouveau parti progressiste (NPP) ; en adoptant un ton extrêmement critique vis-à-vis de la Corée du Nord, le NPP  a été accusé par ses adversaires de faire le jeu du président Lee Myung-bak et de la CIA ;


- les partis de deux anciens candidats malheureux à l'élection présidentielle de décembre 2007, arrivés respectivement en troisième et quatrième position, sont en mesure d'obtenir des sièges au scrutin majoritaire : le Parti de la liberté en avant (PLA) de l'ultraconservateur Lee Hoi-chang, qui a fusionné avec le Parti du peuple d'abord, bien implanté dans la province de Chungcheong ; le Parti du renouveau de la Corée (PRC), nouveau nom depuis octobre 2007 du Parti créatif de Corée (PCC), de l'entrepreneur (de centre-gauche) Moon Kook-hyun.


A l'instar du PDU, les différents candidats conservateurs dissidents du GPN se sont opposés à un projet controversé de canal entre Séoul et Pusan. Le PDU a aussi mis en cause la proximité du président Lee Myung-bak avec les grands groupes industriels et financiers, les chaebols. Bien que la faiblesse structurelle des chaebols ait été l'une des causes de la crise financière de 1997 en Corée du Sud, une des premières mesures annoncées par le président Lee Myung-bak a été d'annoncer un assouplissement des critères pour reconstituer des conglomérats économiques et financiers. 


Au plan international, le président Lee Myung-bak privilégie l'alliance avec les Etats-Unis, dont près de 30.000 soldats stationnent en Corée du Sud depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. Les membres de son cabinet sont diplômés des principales universités américaines.


Dans l'assemblée sortante, l'absence de majorité relative avait donné un rôle charnière au PDT dont les dix députés s'étaient opposés, notamment, à la libéralisation du marché agricole. Le président Lee Myung-bak souhaite disposer d'une large majorité parlementaire pour mener des réformes libérales. Bien que la Corée du Sud soit le pays industrialisé où la protection sociale est la moins développée de tous les Etats membres de l'OCDE, une majorité de Sud-Coréens ont déjà voté en décembre 2007 pour un candidat conservateur,  sur un programme de flexibilité accrue du marché du travail. Selon le président Lee Myung-bak, de telles mesures permettraient de relancer l'économie et de diminuer le taux de chômage. 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)