Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 15:13

Le vendredi 28 mars 2008, la Corée du Nord a procédé à des tirs de missile de courte portée en Mer Jaune (ouest de la Corée). Ces exercices interviennent alors que Pyongyang a mis en garde Washington contre les conséquences que pourraient avoir, pour la mise en oeuvre de l'accord de Pékin du 13 février 2007, les allégations américaines sur un programme nucléaire nord-coréen d'enrichissement de l'uranium.

Le 13 février 2007, un accord était signé à Pékin entre six pays (la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) en vue de la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Plus d'un an plus tard, la mise en oeuvre de cet accord reste incertaine. Si la Corée du Nord a procédé à la désactivation de la centrale nucléaire de Yongbyon, les Etats-Unis n'ont pas procédé à l'ensemble des livraisons d'énergie prévues par l'accord de Pékin. Par ailleurs, la liste de l'ensemble de ses activités nucléaires, que Pyongyang déclare avoir remise en novembre 2007, est jugée incomplète par Washington.

Le 28 mars 2008, la Corée du Nord a accusé les Etats-Unis d'empêcher à présent la mise en oeuvre de l'accord de Pékin en continuant d'alléguer, d'une part, que la Corée du Nord poursuivrait un programme clandestin d'enrichissement de l'uranium et, d'autre part, qu'elle aiderait la Syrie à se doter de l'arme nucléaire. Dans une déclaration à l'agence officielle nord-coréenne KCNA, un responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a fait savoir que "si les Etats-Unis continuent de retarder la résolution du problème nucléaire en exigeant ce qui n'existe pas, cela aura des conséquences sérieuses sur la désactivation souhaitée des installations nucléaires."

L'audition par le Congrès américain du responsable des renseignements américains pour la Corée du Nord, M. Joseph deTrani, en février 2007, avait déjà sérieusement remis en question l'existence d'un programme clandestin nord-coréen d'enrichissement de l'uranium. David Albright, président de l'Institut pour la science et la sécurité internationale (ISSI) et ancien inspecteur de l'ONU, avait fait la comparaison avec la prétendue détention par les Irakiens d'armes de destruction massive pour justifier le déclenchement de la guerre par les Américains.


Dans ce contexte tendu, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont procédé début mars à des exercices militaires conjoints vivement dénoncés par Pyongyang, mais considérés par Séoul et Washington comme des exercices habituels entre ces deux alliés. Le vendredi 28 mars, la Corée du Nord a annoncé avoir procédé  en Mer Jaune à sept tirs de missile mer-mer Styx de courte portée, des tirs "de routine". Si la présidence sud-coréenne a déclaré qu'il s'agissait "simplement d'une partie de l'entraînement militaire habituel" de la Corée du Nord, les Etats-Unis ont dénoncé une attitude "non constructive".


La question nucléaire a également des conséquences sur les relations intercoréennes dont l'évolution a été rendue incertaine par l'élection en Corée du Sud, le 19 décembre 2007, du président Lee Myung-bak. Ce dernier a fait campagne en dénonçant la politique nord-coréenne de son prédécesseur, selon lui trop conciliante. Le jeudi 27 mars, onze Sud-Coréens ont été expulsés de la zone industrielle de Kaesong, en Corée du Nord, où sont installées des entreprises sud-coréennes, après que le président sud-coréen ait réaffirmé sa volonté de conditionner la poursuite de la politique d'ouverture économique aux progrès sur le dossier nucléaire nord-coréen.


L'AAFC déplore vivement que la coopération économique intercoréenne soit ainsi instrumentalisée à des fins politiques et subordonnée à la tactique des stratèges néoconservateurs de la Maison-Blanche. D'autant plus que les procédés utilisés rappellent le triste précédent de l'Irak. (sources : Ria Novosti, Le Monde).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)