Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 11:17

Alors que la mise en oeuvre de l'accord de Pékin sur le nucléaire nord-coréen reste bloquée, la rencontre à Genève entre les négociateurs américain et nord-coréen, le jeudi 13 mars 2008, n'a pas donné de résultats immédiats. Dans le même temps, les déclarations du vice-président américain Dick Cheney sur les exportations supposées de missiles balistiques par la Corée du Nord alimentent les tensions bilatérales. 

Une issue est-elle en vue pour débloquer la mise en oeuvre de l'accord signé à Pékin, le 13 février 2007, en vue de la dénucléarisation de la péninsule coréenne ? Si le dialogue se poursuit, les tensions alimentées par l'administration américaine tendent à éloigner un nouvel accord.

Les différends entre les deux parties sont connues : pour les Etats-Unis, la liste fournie par la Corée du Nord sur ses activités nucléaires est incomplète. Pour sa part, la Corée du Nord pointe que les Etats-Unis n'ont pas procédé à l'ensemble des livraisons d'énergie prévues par l'accord de Pékin.

Dans ce contexte, les négociateurs nord-coréen Kim Kye-gwan et américain Christopher Hill se sont rencontrés à Genève le jeudi 13 mars 2008. Lors d’une conférence de presse à l’issue de ces échanges, Christopher Hill a déclaré que les deux parties étaient dans "une meilleure position" à la fin de ces discussions, qui n'ont toutefois pas donné de résultats immédiats. Le négociateur américain a par ailleurs rappelé l'objectif du gouvernement américain d'arriver à un accord avant la fin de cette année.

Toutefois, les signaux donnés par l'administration américaine alimentent les tensions. le vice-président américain Dick Cheney dénonce la Corée du Nord comme "le pays le plus actif en matière de proliférations de technologies balistiques". Mais ces propos sont en contradiction directe avec le rapport au Sénat, le 11 mars 2008, du général Burwell Baxter Bell, commandant des troupes américaines en Corée du Sud. En effet, selon le général Bell, les dernières exportations de savoir-faire nord-coréen en la matière remontent à 2005.

Doit-on interpréter les propos du vice-président Cheney comme une volonté unilatérale de rompre les discussions américano-nord-coréennes ? Plus fondamentalement, ils reflètent les contradictions internes à l'administration américaine : quand les néo-conservateurs alimentent volontairement les tensions, les partisans de l’engagement avec la Corée du Nord continuent manifestement de rechercher un accord. Les suites de la remise du rapport de Christopher Hill à son gouvernement donneront peut-être une orientation décisive, mais en partie dépendante de rapports de forces malheureusement extérieurs à la situation réelle dans la péninsule coréenne.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)