Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 15:20

L'ancien président américain George H. W. Bush vient d'arriver à Jeju, en Corée du Sud. Ce déplacement intervient dans un contexte de blocage des négociations sur le nucléaire nord-coréen : il nourrit les spéculations sur une possible visite en Corée du Nord de l'ex-n° 1 américain.

George_H.W._Bush.jpgC'est dans la plus grande discrétion que l'ancien président George H. W. Bush, père de l'actuel chef d'Etat américain, a débarqué le 11 mars 2008 dans l'île sud-coréenne de Jeju, selon les informations livrées sous couvert d'anonymat par un fonctionnaire du ministère sud-coréen des affaires étrangères. La visite durerait trois jours.

Ce déplacement impromptu nourrit les spéculations sur un possible déplacement en Corée du Nord de George H. W. Bush, alors que l'accord de Pékin du 13 février 2007, tendant à la dénucléarisation de la péninsule coréenne, connaît actuellement des difficultés de mise en œuvre. Si les Nord-Coréens ont procédé comme convenu à la désactivation de leur principal centre de production de plutonium, les Américains tardent à respecter leurs engagements, en particulier la livraison de fioul lourd. Les deux parties sont également en désaccord sur la déclaration de l'ensemble de ses activités nucléaires par la Corée du Nord : les Américains prétendent que la liste remise par Pyongyang serait incomplète.

Confronté à des impasses en Irak et au Proche-Orient, l'administration américaine du président George W. Bush recherche un succès diplomatique avant les élections présidentielles de novembre. La péninsule coréenne, toujours techniquement en guerre depuis 1953, a pu apparaître d'autant plus propice à une avancée diplomatique majeure que la déclaration conjointe des présidents nord et sud-coréens, à Pyongyang le 4 octobre 2007, a réaffirmé leur engagement en faveur d'un traité de paix.


Mais les Etats-Unis y sont-ils prêts ? Pour que la Corée du Nord renonce à ses armes nucléaires, dont elle a toujours affirmé qu'elles s'inscrivaient, comme la France, dans une logique défensive, il faudrait qu'elle dispose de contrepartie en termes de sécurité et qu'elle obtienne des contreparties à caractère économique. Or les Américains n'ont pas procédé à la totalité des livraisons d'énergie prévues il y a déjà plus d'un an par l'accord de Pékin.


Quelle que soit l'objectif final du déplacement de l'ancien président George H. W. Bush en Corée du Sud, il est patent que Washington recherche de nouveaux canaux de dialogue. L'hypothèse d'une visite de l'ancien président Bush à Pyongyang est renforcée par un précédent : en 1994, l'ancien président Jimmy Carter avait été dépêché  à Pyongyang, en vue déjà de résoudre la question nucléaire. Tandis que l'agence sud-coréenne Yonhap vient d'annoncer une prochaine rencontre à Genève, jeudi ou vendredi, entre les négociateurs nord-coréen Kim Kye-gwan et américain Christopher Hill.

CarterPyongyang.JPGEn juin 1994, rencontre à Pyongyang (RPDC)
 entre le président Kim Il Sung et l'ancien président américain Carter

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)