Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 08:29
Les archives cinématographiques de Corée ont projeté une copie de Carrefour de la jeunesse (Crossroads of Youth), film muet de 1934 de An Jong-hwa. Récemment retrouvé, il s'agit du plus ancien document cinématographique coréen retrouvé à ce jour.

Le mardi 4 mars 2008, les archives cinématographiques de Corée (plus connues sous leur acronyme anglais, KOFA), basées à Séoul, ont présenté pour la première fois au public Carrefour de la jeunesse (Crossroads of Youth), film muet de 1934 réalisé par le Coréen An Jong-hwa.

D'une durée de 73 minutes, ce récit d'un frère et d'une soeur qui quittent leur petite ville natale pour rejoindre un grand centre urbain est le plus ancien document cinématographique du cinéma coréen retrouvé à ce jour. 

La copie originale du film, restaurée au Japon, avait été découverte par le fils du propriétaire d'un ancien théâtre, qui l'avait apporté à la KOFA. 

Il s'agit du seul film muet coréen qui nous soit parvenu jusqu'à aujourd'hui. La plus ancienne copie d'un film parlant est Sweet Dream, réalisé en 1936, retrouvé dans les archives chinoises il y a deux ans.

La découverte de Carrefour de la jeunesse rappelle que le cinéma coréen est l'un des plus anciens au monde. Un cinéma de résistance à l'occupation japonaise de la Corée (1910-1945) s'est opposé très tôt au cinéma de propagande produit en Corée sur commande du Japon impérial. D'inspiration nationale puis communiste, l’Association des écrivains et artistes prolétariens est fondée en 1925 : un de ses auteurs les plus célèbres, le cinéaste Na Un-gyu, a produit en 1926 le premier film que l'on peut qualifier de coréen, Arirang, titre d'une chanson populaire coréenne interdite par l'occupant japonais.
undefinedNa Un-gyu (à gauche), dans le film Imjaeobtneun naleutbae

 
Mais les destructions de la Seconde guerre mondiale, puis de la guerre de Corée, ont entraîné la perte de la quasi-totalité des premiers films coréens, et en particulier de la vingtaine de métrages réalisés par Na Un-gyu. Dans ce contexte, la redécouverte et la projection de Carrefour de la jeunesse constituent un événement cinématographique exceptionnel pour le cinéma coréen. (sources : KOFA, wikipédia)

Autres articles sur le cinéma et la télévision :

- La Corée au Forum des images de Paris
- "Good morning President" en ouverture du Festival international du film de Pusan
- Vaste rétrospective du cinéma sud-coréen au Quartier latin
- Une rencontre intercoréenne dans "Night and day" de Hong Sang-soo
- Avant-première franco-coréenne à Dijon
- "Where are you going ?" dans "Positif", avant l'avant-première à Dijon
- Regard sur le cinéma nord-coréen
- Avant-première : plus de 100 spectateurs
- Un film franco-coréen à découvrir en avant-première
- Popularité des séries télévisées chinoises en RPDC

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)