Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2023 4 11 /05 /mai /2023 11:14

Bénéficiant de la venue au nord de la péninsule, après la Libération, de nombreux réalisateurs et acteurs qui s'étaient engagés dans la résistance antijaponaise, le cinéma nord-coréen définit de nouveaux canons esthétiques, fondés sur le réalisme socialiste, et s'emploie à magnifier la lutte victorieuse menée contre le colonisateur. C'est dans cette veine que s'inscrit le film My Home Village (connu sous ce titre anglais, même si une traduction plus fidèle serait Mon village natal), de Kang Hong-sik, sorti en 1949, devenu un classique du film de guerre - et plus largement du cinéma de la République populaire démocratique de Corée. 

En s'ouvrant sur une vue du Mont Paektu, point culminant de la Corée d'où Kim Il-sung et ses partisans ont mené la guérilla selon l'historiographie nord-coréenne, My Home Village est le premier des longs métrages à mettre en scène le combat des partisans antijaponais - incarnés par Gwan Pil (joué par Yoo Won-jun), paysan sans terre en butte à l'oppression du colonisateur nippon (Choi Jusa, dont le rôle est porté par Tae Ul-min), et un résistant que Gwan Pil rencontre en prison et qui le conduit à rejoindre la guérilla. L'un des faits d'armes, spectaculaire, est l'explosion d'un train japonais alors qu'il franchissait un pont. Gwan Pil épousera finalement sa fiancée, Ok Dan (Moon Ye-bong), et le film s'achève par les perspectives de la construction du socialisme. 

Dans ce long métrage fondateur du cinéma nord-coréen, on retrouve plusieurs de ses caractéristiques : l'importance des scènes chantées (dans la tradition coréenne du pansori), des rebondissements rapides et une intensité dramatique poussée à son paroxysme - ainsi que le choix que la résistance s'incarne dans des héros du quotidien auxquels le spectateur s'identifie pour poursuivre, à son tour, l'édification d'un nouveau pays. On retrouve aussi l'idée d'un message que doit porter l'artiste, qu'il soit écrivain ou réalisateur, conformément au rôle social qui lui incombe dans la culture coréenne - que celle-ci soit désormais identifiée au nord ou au sud de la péninsule. 

La réalisation de My Home Village a été soutenue par Kim Il-sung, accompagné par Kim Jong-il, alors âgé de 7 ans, lors d'une projection en avant-première. Le choix non seulement de jeunes acteurs, mais aussi de jeunes réalisateur et scénariste, s'inscrit par ailleurs dans une volonté d'édifier une société nouvelle, à contre-courant des traditions confucéennes accordant la primauté aux plus anciens.

Sources : 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?