Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 22:16

Après avoir annulé par voie épistolaire le sommet prévu à Singapour avec le Président Kim Jong-un, le Président Donald Trump a affirmé le lendemain que les discussions se poursuivaient avec les Nord-Coréens et qu'il était possible que le sommet ait finalement lieu, peut-être même à la date initialement prévue du 12 juin 2018. Un revirement que le chef d'Etat américain justifie par la réaction de Pyongyang, qui avait rapidement exprimé ses regrets quant à l'annulation du sommet par la voix de Kim Kye-gwan, Premier vice-Ministre des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), et dans laquelle Donald Trump a voulu voir une "déclaration productive et chaleureuse" de Pyongyang. En tout cas (et sur ce point le chef d'Etat américain a raison) la Corée du Nord veut réellement que le sommet se tienne.

Trump évoque la possibilité de tenir finalement le sommet avec Kim Jong-un

Le Président américain affiche la satisfaction de ceux qui pensent avoir réussi un coup de maître dans une négociation difficile, alors qu'en fait les Nord-Coréens n'ont guère varié dans leurs positions, tout en durcissant leur discours depuis une dizaine de jours afin de clarifier les termes de la discussion : oui à un sommet, mais pas à un chèque en blanc sur une dénucléarisation sans contreparties. Pyongyang attend toujours des gestes concrets de Washington tout au long du processus de dénucléarisation. Mais Donald Trump y est-il prêt ? Rien n'est moins sûr, ses silences à ce sujet pouvant donner lieu à toutes les spéculations.

Adepte des réactions intempestives, le président américain a-t-il tenté un coup de bluff en faisant mine d'annuler le sommet, tout en ne prévenant pas par ailleurs les Sud-Coréens ? C'est possible. Plus fondamentalement, face à une administration hostile depuis le début à une rencontre avec le dirigeant nord-coréen et qui a trouvé un appui de circonstance dans les "néo-cons" interventionnistes menés par le conseiller présidentiel John Bolton, la position américaine tangue, peinant manifestement à définir des objectifs clairs - mais il reste encore un peu plus de deux semaines pour lever les incertitudes, sur un processus qui ne peut être que long. En face, la Corée du Nord veut - légitimement - savoir où elle va. Dès lors, tout est possible, du rétablissement du sommet, à son report ou à la confirmation de son annulation... Réponse au prochain épisode.

Source : 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?