Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 22:26

A l'occasion de la sortie de son ouvrage La Corée du Nord, cette inconnue aux éditions Delga, Benoît Quennedey, président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) est intervenu à la librairie Tropiques, le 5 décembre 2017, sur le thème "L'économie de la Corée du Nord (est-elle socialiste ?)". Il avait déjà prononcé une première conférence à la librairie Tropiques, le 12 septembre 2017, sur le thème "De quoi la Corée du Nord est-elle le nom ?", autour de l'ouvrage de Robert Charvin, vice-président de l'AAFC : Comment peut-on être Coréen (du Nord) ?

Les études sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) s'intéressent traditionnellement peu à l'économie de ce pays. Au demeurant, ce sujet est difficile à traiter : les Nord-Coréens ne publient plus de statistiques économiques de manière régulière et ont par ailleurs tendance à occulter les "mesures économiques" (qu'ils considèrent non comme des réformes économiques, mais comme des mesures d'ajustement à un contexte économique spécifique après la disparition de l'Union soviétique et des démocraties populaires) ; quant aux Occidentaux, ils tendent à trop fortement s'appuyer sur des sources sud-coréennes en partie biaisées, ignorent largement les aspects micro-économiques et voient les mesures macro-économiques sous l'angle, selon eux, de la nécessaire restauration d'une économie capitaliste.

Il est trop souvent ignoré que la RPD de Corée a été, au moins jusque dans les années 1970, un modèle de développement économique, suscitant par exemple les commentaires élogieux d'Ellen Brun et Jacques Hersh dans leur ouvrage, basé sur le recueil de données sur place, Socialist Korea. A Case Study in the Strategy of Economic Development (Etats-Unis, 1976). Le principe a été celui de la recherche de l'autonomie (à distinguer de l'autarcie), selon les principes des idées du Juche, philosophie directrice de la RPD de Corée.

Pour apprécier où en est aujourd'hui l'économie nord-coréenne, avant d'examiner si elle est socialiste (au sens où on l'entend dans les démocraties populaires, suivant une grille de lecture marxiste : propriété collective des moyens de production, planification, gratuité de l'éducation et de la santé, coût modique du logement, des transports et de certains loisirs) et la direction qu'elle prend (évolue-t-on vers un "socialisme de marché" à la chinoise ou à la vietnamienne ?), il est utile de donner quelques repères économiques, de caractériser le secteur public (y compris sous l'impact des mesures économiques adoptées en Corée du Nord) et d'apprécier la restauration partielle d'une économie capitaliste, par le développement du secteur privé, la mise en place de zones économiques spéciales, et  l'introduction de nouveaux mécanismes de redistribution. 

Quelques repères économiques

Structure de la production
Si l'agriculture emploie environ 36 % de la population active, elle ne forme que 20 % du PIB. L'industrie (34 % de la population active, 40 % du PIB) et les services (25 % de la population active, 30 % du PIB) dominent, alors que le secteur minier est particulièrement développé (5 % de la population active, 10 % du PIB). Les ressources minières du pays ont ainsi été évaluées à 6 400 milliards de dollars, alors que le PIB (aux taux de change courants) est estimé par les Occidentaux à 40 milliards de dollars.

Principales productions
Agriculture : riz et maïs, légumes et fruits frais, pommes de terre, patates douces. Un sixième seulement de la surface du pays est cultivable. L'élevage est relativement peu développé, contrairement à la pêche.
Mines et énergie : charbon, fer, cuivre. Pétrole offshore non exploité. Deuxièmes ressources mondiales en terres rares. Troisième rang mondial pour la magnésite. 
Industrie et construction : métallurgie, textile, industrie agro-alimentaire.
Services : fort potentiel éducatif. Essor du commerce international et du tourisme depuis 2000.

Niveau de développement
Si le PIB exprimé en parité de pouvoir d'achat est généralement estimé à environ 2000 dollars par habitant, d'autres indicateurs font ressortir un niveau de production trois à quatre fois supérieurs : la production d'électricité par habitant est supérieure à celle de la Moldavie, proche de celle de Cuba et de la Tunisie.
Espérance de vie à la naissance : 70 ans (supérieur au niveau russe).
Mortalité infantile : 18 pour 1000 (moyenne mondiale : 40 pour 1000).
Taux d'alphabétisation : 100 %.


Taux de croissance économique annuels
Les taux de croissance économique ont été à deux chiffres de la fin de la guerre de Corée (1953) jusqu'au moins dans les années 1970. Après un important recul entre 1990 et 1998, l'économie se développe à nouveau depuis 1999, malgré l'embargo international, traduisant une capacité d'innovation et d'adaptation fondée sur un haut niveau d'éducation et de formation. 
L'obsolescence de l'appareil productif et des réseaux (transports, énergie) constitue un frein important au développement économique.

La prédominance d'un secteur public en mutation

Les aspects traditionnels de l'économie nord-coréenne, tels que décrits par Ellen Brun et Jacques Hersh (op. cit.), font apparaître celle-ci comme socialiste au sens marxiste du terme (suivant son acceptation dans les démocraties populaires) :
- la propriété collective des moyens de production a été généralisée, à l'exception des marchés paysans (mis en place en 1953 pour les surplus de l'économie agricole par rapport aux objectifs du plan) et des lopins individuels, de surface toutefois réduite (4 % de la superficie agricole au début des années 1970) ; l'impôt privé a été aboli il y a plus de 40 ans ; 
- les activités économiques sont orientées suivant un plan pour satisfaire les besoins de la population à court terme et à moyen terme ; le parti joue un rôle fondamental pour la définition des objectifs du plan, tandis qu'une décentralisation du processus décisionnel a été mise en place dans les provinces, les villes et les villages ; 
- la volonté de développer les forces productives, tout en élevant le niveau de conscience idéologique, a pris la forme de batailles pour la production, jusqu'à la période actuelle, et est allée de pair avec un souci d'éviter tout gaspillage des ressources (les céréales sont ainsi cultivées sur les plus petites parcelles pour atteindre l'objectif d'autosuffisance alimentaire) ;
- de nouvelles formes d'organisation économique et sociale (ou "transformations structurelles") visent à mettre en place un nouveau système de valeurs, dans le cadre de la construction du socialisme : les visites de terrain des dirigeants jouent un rôle fondamental en RPD de Corée, où le rôle des gestionnaires est combiné avec une association des représentants des différentes catégories sociales au sein du comité d'entreprise dans le processus décisionnel (suivant le système dit de Daean) ; le principe d'entraide est érigé en valeur fondamentale (tous les Nord-Coréens participent ainsi aux campagnes de repiquage du riz), tandis que les travailleurs les plus méritants et les équipes les plus performantes sont mis à l'honneur suivant un système de récompenses qui n'ont pas toutes un caractère pécuniaire ; enfin, la créativité et l'innovation sont fortement encouragées, avec un accent porté sur la mécanisation (dans le cadre du système CNC au début des années 2010, après un développement précoce de l'industrie informatique).

Ces choix économiques se sont traduits par un degré de monétarisation parmi les plus faibles au monde dans une économie industrialisée : les rémunérations sont complétées par un système public de distribution étendu, qui fournit les produits de base (dont le logement et l'alimentation), une éducation et une santé gratuites. Chacun a le droit au travail et le devoir de travailler, le principe d'entraide étant généralisé dans la communauté éducative (les élèves les plus doués doivent aider les camarades plus en difficulté, et les résultats s'apprécient à l'échelle de toute la classe) comme dans la communauté de travail.

Les mesures économiques, introduites à la suite des graves difficultés économiques des années 1990 (la "dure marche", pendant laquelle la fin du commerce de troc avec les démocraties populaires et de graves catastrophes climatiques ont entraîné une surmortalité de centaines de milliers de personnes, au bas mot), ont toutefois altéré ce modèle d'organisation économique et sociale.

Dès 1998, la Constitution est révisée afin d'autoriser les profits privés, à condition qu'ils résultent d'activités légales.

Les mesures économiques du 1er juillet 2002 ont été poursuivies depuis cette date, mais de manière non uniforme :

- le système public de distribution a été recentré sur les produits alimentaires de base, et est de fait aujourd'hui géré au niveau des administrations et des entreprises ;
- le principe a été introduit de l'autonomie de gestion des entreprises, avec la possibilité de redistribuer les bénéfices aux salariés suivant des mesures incitatives à la production ;
- la libéralisation des prix et des salaires a conduit à la mise en place de dispositifs de contrôle des prix.

Parallèlement, après l'interruption du plan couvrant la période 1987-1994, la planification a reculé, avant d'être ouvertement réintroduite dans la période récente (le dernier congrès du Parti du travail de Corée, en 2016, évoque les objectifs de la planification pour la période 2016-2020).

Un des aspects les plus marquants des réformes a été l'organisation des coopératives agricoles autour d'unités de production de plus petite taille regroupant, depuis les mesures du 28 juin 2012, de trois à quatre familles.

Enfin, les mesures économiques ont contribué à accroître le secteur privé, jusqu'alors marginal. 

Une restauration partielle du capitalisme ?

Le secteur privé domestique est marqué, outre les évolutions internes aux coopératives paysannes, par l'émergence des marchés généraux de biens et de services, apparus pendant les difficultés économiques de la "dure marche" et légalisés en juin 2003 : il s'agit d'une transformation des anciens marchés paysans, dont la spécialisation en produits agricoles a été supprimée en 2004. Seuls certains intervenants - des femmes, ayant un âge minimum - peuvent participer aux marchés généraux de biens et de services, en contrepartie d'un droit de place et suivant des règles fixées par l'Etat.

Il a résulté de l'essor de ce commerce privé un double système de taux de change (légal, et de fait sur les marchés généraux) et une prédominance des devises étrangères dans les échanges internationaux. 

Néanmoins, il n'existe toujours pas d'accumulation de capital privé pour créer des entreprises en Corée du Nord, ni a fortiori de bourse des valeurs. Les gestionnaires d'entreprise ne sont pas propriétaires des moyens de production, et peuvent être révoqués.

Le secteur privé international prend plusieurs formes :

- les entreprises à capitaux mixtes (coréens et étrangers, avec en principe une majorité du capital coréenne), depuis une modification législative introduite en 1984 ;
- les zones économiques spéciales (ZES), qui rappellent celles chinoises, et où les investisseurs étrangers bénéficient d'exemptions fiscales ; la principale ZES, à Kaesong, a cependant fermé en février 2016, dans un contexte de regain des tensions intercoréennes ;
- la création, en 2013, de 19 centres régionaux spécialisés pour accueillir les investissements étrangers.
Pour sa part, la Corée du Nord a développé des investissements à l'étranger (notamment une chaîne de restaurants) et emploie des dizaines de milliers de travailleurs étrangers, en Europe et dans le monde arabe notamment.

Le commerce international (qui a dépassé 8 milliards de dollars par an au milieu des années 2010) est aujourd'hui dominé par la Chine, qui concentre également désormais 90% des investissements étrangers en Corée du Nord (en particulier, dans les secteurs des mines et de l'industrie).

Mais cette ouverture au capital étranger (et le déploiement des facteurs travail et capital de la RPDC dans le monde) ont été remis en cause par les récentes résolutions 2371 et 2375 du conseil de sécurité des Nations unies, adoptées en août et septembre 2017, qui ont interdit la plus grande partie des échanges internationaux du pays, réduisant d'autant la part du secteur privé : le secteur public tend ainsi à redevenir largement prédominant en Corée du Nord. 

Concernant la redistribution, les mesures économiques ont introduit des disparités importantes de revenus : de fait, l'éducation et la santé ne sont plus totalement gratuites, les cours privés ayant fait leur apparition et de nombreux patients devant fournir les médicaments en cas d'hospitalisation. Le système de protection sociale reste cependant complet, atténuant les inégalités entre classes sociales et entre régions.

Au final, les mesures économiques marquent-elles un repli tactique (comme l'avait été la NEP en Union Soviétique) ou correspondent-elles à une restauration partielle du capitalisme ? Si les Nord-Coréens ne font plus officiellement référence au marxisme-léninisme, leur économie reste cependant la plus socialisée parmi les Etats se réclamant toujours du socialisme, et la réfutation même de la notion de "réformes" économiques tend à faire des mesures économiques des adaptations jugées temporaires et transitoires, pour garantir la poursuite de la construction d'une économie socialiste puissante et disposer de capitaux étrangers nécessaires à la modernisation de l'outil productif, dans un contexte marqué par un renforcement sans précédent des sanctions internationales.

Partager cet article

Repost0

commentaires

lokiju665 16/12/2017 07:02

Ou acheter cette essaie?? La Corée du Nord, cette inconnue aux éditions Delga je ne le trouve même pas sur le sites de la maison d’édition.. svp veuillier m"aider merci d avance

Association d'amitié franco-coréenne 16/12/2017 17:54

Les livres des éditions Delga sont disponibles par commande en librairie. Si vous n’avez pas de libraire près de chez vous, vous pouvez envoyer votre commande par courrier électronique à l'adresse : editionsdelga@yahoo.fr

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?