Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 22:00

En application de la résolution 2375 du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), adoptée le 11 septembre 2017, le gouvernement chinois a annoncé, le 28 septembre 2017, la fermeture des coentreprises de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) présentes sur son territoire dans un délai de 120 jours à compter de l'adoption de la résolution 2375, soit d'ici le 8 janvier 2018. Cette mesure, pleinement en phase avec la résolution 2375, témoigne de la volonté chinoise d'appliquer les sanctions contre la RPD de Corée, et aura un impact négatif significatif - bien que non quantifié - sur les ressources en devises et l'économie nord-coréennes, la Chine étant - de loin - le premier partenaire commercial de la Corée du Nord. 

Déchargement des importations nord-coréennes dans la ville chinoise de Dandong, à la frontière sino-coréenne.

Déchargement des importations nord-coréennes dans la ville chinoise de Dandong, à la frontière sino-coréenne.

La portée exacte de la mesure - mais aussi les exceptions qu'elle prévoit, en particulier "les projets d’infrastructure non commerciaux qui servent l’intérêt général et sont sans but lucratif", est clairement précisée au paragraphe 18 de la résolution 2375 : 

18. Décide que les États doivent interdire l’ouverture, le maintien en fonctionnement et l’exploitation, par leurs nationaux ou sur leur territoire, de toute coentreprise ou entité de coopération, existante et nouvelle, avec des entités ou des personnes de la République populaire démocratique de Corée, agissant ou non pour le compte ou au nom du Gouvernement de la République populaire démocratique de Corée, sauf dans le cas de coentreprises ou d’entités de coopération préalablement approuvées par le Comité au cas par cas, en particulier les projets d’infrastructure non commerciaux qui servent l’intérêt général et sont sans but lucratif, décide également que les États doivent mettre fin à toute coentreprise ou entité de coopération existante dans les 120 jours suivant l’adoption de la présente résolution si cette coentreprise ou entité de coopération n’a pas été approuvée par le Comité au cas par cas et, le cas échéant, dans les 120 jours suivant la décision de non-approbation rendue par le Comité, et décide que la présente disposition ne s’applique pas aux projets d’infrastructure d’énergie hydroélectrique entre la Chine et la République populaire démocratique de Corée ni au projet de liaison portuaire et ferroviaire Rajin-Khasan entre la Russie et la République populaire démocratique de Corée devant servir exclusivement à l’exportation de charbon d’origine russe, comme l’autorise le paragraphe 8 de la résolution 2371 (2017) ;

http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=S/RES/2375(2017)

La mise en application de cette interdiction incombera aux gouvernements des provinces chinoises.

Cette annonce est intervenue à la veille de l'arrivée en Chine, le 30 septembre 2017, du secrétaire d'Etat Rex Tillerson - qui a donné lieu à la réaffirmation traditionnelle par Pékin de la nécessite de renouer le dialogue avec Pyongyang. S'il est probable que Pékin cherche à réengager Washington sur la voie d'un tel dialogue (d'autant que Rex Tillerson n'est pas partisan d'une issue militaire à la crise), jusqu'à présent il n'y a pas eu de discussions multilatérales mais seulement un alourdissement sans précédent des sanctions contre la RPD de Corée - correspondant à l'atteinte de leurs objectifs par les seuls Etats-Unis. En tout état de cause, les positions prises par Pékin ne peuvent qu'irriter un peu plus Pyongyang contre son puissant voisin, et encourager la RPD de Corée à rechercher un dialogue direct avec les Etats-Unis sans passer désormais par le médiateur chinois, traduisant ainsi le recul sans précédent des capacités d'influence chinoises sur la Corée du Nord.

Principale source : 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Chine-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)