Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 16:51

En réaction au lancement d'un missile balistique intercontinental (ICBM) par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) le 4 juillet 2017 - jour de la fête nationale américaine - les Etats-Unis et la République de Corée (Corée du Sud) ont procédé à des manoeuvres aériennes impromptues, consistant dans le largage de bombes, à proximité immédiate de la Corée du Nord, le 8 juillet 2017 - jour anniversaire du décès du Président Kim Il Sung, fondateur de la RPD de Corée. Pyongyang a dénoncé des "provocations" - le terme de "provocations" dépendant du point de vue duquel on se situe (pour Washington, Pyongyang provoque la communauté internationale en poursuivant ses programmes balistiques et nucléaires à l'encontre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, tandis que pour Pyongyang ce sont les Etats-Unis qui la provoquent en ne lui laissant pas d'autre choix que de renforcer ses capacités d'autodéfense). En tout état de cause, le choix par les Etats-Unis et leurs alliés de l'escalade militaire ne fait qu'aggraver les tensions et les risques de guerre.

Un bombardier américain B-1B large une bombe sur le terrain d'exercices militaires de Pilseung, dans la province sud-coréenne de Gangwon

Un bombardier américain B-1B large une bombe sur le terrain d'exercices militaires de Pilseung, dans la province sud-coréenne de Gangwon

Le 8 juillet 2017, deux bombardiers américains à long rayon d'action B-1B - habituellement stationnés à Guam - et des chasseurs sud-coréens F-15 K et américains F-16 ont procédé à des exercices de largage de bombes guidées de haute précision d'un poids de 900 kilos, en détruisant des batteries de missiles. Les appareils ont approché de la zone démilitarisée qui sépare les deux moitiés divisées de la Corée. 

Le Rodong Sinmun, quotidien du Parti du travail de Corée, a vivement dénoncé des "provocations" qui font monter dangereusement les tensions dans la péninsule coréenne, dont la situation a été comparée par le journal à celle d'une poudrière où tout étincelle pourrait déclencher un conflit mettant aux prises des puissances nucléaires :  

Avec leur dangereuse provocation militaire, les Etats-Unis font progresser le risque d’une guerre nucléaire sur la péninsule vers un point de basculement.

http://www.kcna.kp/kcna.user.home.retrieveHomeInfoList.kcmsf

Au regard de la détermination nord-coréenne à faire face à toute attaque contre elle, les exercices de guerre à répétition des Américains et de leurs alliés (principalement sud-coréens, mais aussi britanniques, français, japonais...) ne favorisent pas la paix et le désarmement en Asie du Nord-Est, alors que le déploiement du système américain de missiles THAAD en Corée du Sud est vivement dénoncée par la Chine et la Russie comme une atteinte à leur sécurité. Dans ce contexte, il n'est guère surprenant que la RPDC n'ait pas été mentionnée dans la déclaration adoptée par les membres du G20, réunis à Hambourg, le 8 juillet 2017. En dénonçant la Russie comme une menace et en étendant à des entreprises chinoises les sanctions à l'encontre de la RPD de Corée, tout en multipliant les initiatives militaires à proximité du territoire chinois, l'administration Trump s'est définitivement aliénée Moscou et Pékin dans sa recherche vaine d'un consensus international - tant au sein du G20, que quelques jours plus tôt au Conseil de sécurité des Nations Unies - pour condamner le lancement de l'ICBM nord-coréen du 4 juillet 2017.

Sources : 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)