Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 21:41

Depuis 1968, plus de 11 000 enfants coréens ont été adoptés par des couples français. Plusieurs d'entre eux sont devenus des personnalités politiques - au premier rang desquels Jean-Vincent Placé et Fleur Pellerin. Avec l'élection par les Français de Suisse, sous les couleurs de La République en marche, de Joachim Son-Forget, à l'issue des élections législatives des 11 et 18 juin 2017, c'est toutefois la première fois qu'un Français adopté d'origine coréenne siégera sur les bancs de l'Assemblée nationale. Portrait.

Joachim Son-Forget, un député français, médecin et claveciniste, né en Corée

Joachim Son-Forget est né le 15 avril 1983 à Séoul sous le nom de Kim Jae-duk : abandonné sur un trottoir à l'âge de trois mois, une patrouille de la police de Séoul le recueille et le nourrisson est placé en orphelinat. Adopté par une famille française habitant Langres à l'âge de 9 mois, il poursuit ses études en médecine à Dijon, Paris et Lausanne. 

Titulaire d'un doctorat de médecine en médecine générale et en neurosciences cognitives, le jeune radiologue habite la Suisse depuis 2008. Il souhaite poursuivre son activité professionnelle à temps partiel ("une nuit et une demi journée" par semaine). Egalement karatéka et claveciniste, il a joué notamment
 en solo à Genève dans la salle du Victoria Hall en février 2017 (dans le cadre d'un concert humanitaire pour la Syrie), et entend poursuivre la pratique musicale. Polyglotte, il parle, entre autres, albanais, slovène et croate, après s'être investi auprès des populations de Balkans.

Engagé en politique dans les rangs socialistes, étant secrétaire de section du Parti socialiste à Genève, il est déçu par le mandat de François Hollande et prend ses distances avec le militantisme. Au printemps 2015, il fait partie des premiers signataires de la motion B, déposée par le député frondeur Christian Paul, au congrès du PS. Séduit ensuite par Emmanuel Macron, il fait partie, dès avril 2016, de ses premiers soutiens, devenant son référent territorial en Suisse. Lors du premier tour des élections législatives du 11 juin 2017, il recueille 63,55 % dans la 6e circonscription des Français établis hors de France (Suisse et Liechtenstein) mais doit affronter un second tour faute d'avoir recueilli les suffrages de 25 % des électeurs inscrits. Au second tour, il obtient 74,94 % des suffrages exprimés face à la députée sortante (LR) Claudine Schmid. Il a notamment fait campagne contre la double imposition fiscale des Français de Suisse, se déclarant de droite en matière économique et progressiste sur les questions de société, et souhaite par ailleurs promouvoir l'enseignement du français à l'étranger - comme il l'avait souligné dans un entretien donné au Petit Journal (média à destination des Français de l'étranger) le 30 mai 2017 : 

[en réponse à la question sur les sujets qu'il défendra en priorité] Les droits de succession et le dossier CSG-CRDS. Ce sont deux sujets importants. Puisqu’en Suisse on n’a plus de protection contre la double imposition des successions depuis 2015. En ce qui concerne le dossier CSG-CRDS, c’est une taxation injuste, non conforme à la loi européenne.

Une autre de mes priorités serait l’amélioration de l’enseignement du français à l’étranger. Il y a de vrais problèmes puisqu’en Suisse alémanique, cet enseignement était autrefois assuré par le fait que le Français est une des langues officielles de Suisse. Seulement, en Suisse alémanique, beaucoup d’initiatives visent à supprimer une troisième langue dans l’enseignement primaire. Cela risque de mettre le français en difficulté, puisque pour l’international, les Suisses risquent de faire le choix de l’anglais derrière l’allemand. Je souhaite donc m’engager fortement, et je voudrai créer un label Francophonie d’excellence en intéressant des personnalités françaises du monde économique ou culturel à intervenir, afin de redorer le blason de la Francophonie en Suisse alémanique.

A l'Assemblée nationale, il a rejoint la commission des Affaires étrangères. Sans occulter ses origines coréennes (il a même témoigné sur son parcours d'adopté), Joachim Son-Forget n'a pas, jusqu'à présent et à notre connaissance, pris position sur les questions spécifiquement liées à la Corée - et son élection n'a guère suscité d'articles dans les médias coréens (malgré une présentation sur le site French Korea.net), contrairement à Jean-Vincent Placé après son entrée au Sénat et Fleur Pellerin à la suite de sa nomination au gouvernement. Une image conforme à la discrétion et à la modestie du nouvel élu. 

Principales sources : 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)