Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 16:42

Après avoir refusé de prendre en compte le verdict des urnes en maintenant son gouvernement après avoir été défaite aux élections législatives du 13 avril 2016, la Présidente sud-coréenne Park Geun-hye vient d'annoncer un remaniement ministériel et de son cabinet... pour y faire entrer des personnalités appartenant à l'opposition démocrate. L'écran de fumée du gouvernement prétendument d'union nationale n'est que l'ultime manoeuvre d'une chef de l'Etat aux abois, qui a la confiance de moins d'un Coréen sur cinq, discréditée par l'inculpation de sa conseillère occulte, Mme Choi Soon-sil, qui a exercé sur Mme Park une influence comparable à celle d'un gourou depuis plus de quarante ans.

Kim Byong-joon a été choisi par Mme Park Geun-hye pour exercer les fonctions de Premier ministre.

Kim Byong-joon a été choisi par Mme Park Geun-hye pour exercer les fonctions de Premier ministre.

Alors que les révélations sur l'emprise sectaire qu'exerçait Mme Choi Soon-sil, qui aurait hérité des pouvoirs magiques de son père, le pseudo-pasteur mystique Choi Tae-min, se succèdent les unes après les autres (la fermeture de la zone économique intercoréenne de Kaesong aurait été motivée par une vision de Mme Choi, dans laquelle elle aurait "vu" la Corée du Nord disparaître en 2017...), la Présidente Park Geun-hye multiplie les manoeuvres pour s'accrocher au pouvoir, alors que le terme normal de son mandat est fixé à février 2018 : annonce le 2 novembre de la désignation comme Premier ministre du libéral Kim Byong-joon, ancien vice-Premier ministre chargé de l’Education et ancien conseiller du président (démocrate, opposition) Roh Moo-hyun ; nomination, au secrétariat général de la présidence de la République, de Han Gwang-ok, ancien chef de cabinet du président (démocrate, opposition) Kim Dae-jung ; intervention télévisée de Mme Park ce vendredi 4 novembre où il est attendu qu'elle annonce laisser la conduite des affaires intérieures au Premier ministre, elle-même restant en charge de la diplomatie et de la défense...

Alors que les juristes se posent la question de la possibilité pour la Présidente de la République de se soustraire ou non au contrôle de la justice, quelle est la légitimité désormais de Mme Park Geun-hye, dont un nombre croissant de manifestants (ainsi que le maire de Séoul Park Won-soon) exigent la démission ? Tant les partis d'opposition qu'une fraction du parti Saenuri (conservateur, au pouvoir) non alignée sur Mme Park s'indignent que cette dernière puisse prétendre former un gouvernement d'union nationale sans même en référer au Parlement et aux formations d'opposition. Ces dernières, majoritaires au Parlement, ont fait part de leur intention de boycotter la session d'investiture de Kim Byong-joon, qui ne pourrait donc pas entrer en fonctions et contraignant ainsi la chef de l'Etat à mettre fin à son exercice solitaire du pouvoir... avant un départ, enfin, de la Maison Bleue, seul dénouement possible à la crise politique actuelle ?

Sources :

Partager cet article

Repost 1
Publié par Association d'amitié franco-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)