Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 18:22

Alors que les Etats-Unis négocient l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies de nouvelles sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), suite à l'essai nucléaire nord-coréen du 9 septembre 2016, une rencontre informelle a eu lieu dans la capitale malaisienne les 21 et 22 octobre 2016. Côté américain étaient notamment présents Robert Gallucci, qui avait négocié l'accord sur le nucléaire nord-coréen de 1994, ainsi que l'universitaire Leon Sigal, et côté nord-coréen Han Song-ryol, vice-ministre des Affaires étrangères de la RPD de Corée.

Han Song-ryol et Robert GallucciHan Song-ryol et Robert Gallucci

Han Song-ryol et Robert Gallucci

Même si le gouvernement américain a déclaré que la rencontre était privée, c'est le principe même de ces échanges de n'avoir pas de caractère officiel - et donc, en l'occurrence, de ne pas engager Washington - tout en permettant un échange de vues entre responsables (côté nord-coréen) ou anciens responsables (côté américain) des relations américano - nord-coréennes, à la veille de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre 2016, alors que des voix plus nombreuses déplorent l'impasse de la seule politique internationale de sanctions contre la RPD de Corée, en préconisant une reprise du dialogue.

Dans un contexte de montée des tensions depuis janvier 2016, le déploiement en Corée du Sud du dispositif de missiles antibalistiques américain THAAD soulève de vives critiques non seulement de Pyongyang, mais aussi de Pékin et Moscou, et retarde l'adoption de nouvelles sanctions par le Conseil de sécurité des Nations-Unies après l'essai nucléaire nord-coréen du 9 septembre 2016.

A partir d'informations rendues publiques par des participants américains à la rencontre à Kuala Lumpur, la Corée du Nord aurait réitéré sa proposition d'un traité de paix dans la péninsule coréenne (la guerre de Corée s'étant terminée par un cessez-le-feu et non un accord de paix), tandis que les préoccupations américaines portent d'abord sur l'arsenal nucléaire nord-coréen. Jusqu'à présent, la seule suspension de son programme et de ses essais nucléaires par la RPD de Corée n'a pas été considérée comme suffisante par les Etats-Unis pour reprendre les discussions multilatérales, dans un contexte de blocage prolongé des pourparlers à six (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) qui traitent notamment de la question nucléaire dans la péninsule coréenne, mais portent aussi sur des garanties de sécurité pour Pyongyang. Par ailleurs, les Etats-Unis ne reconnaissent pas la RPD de Corée comme un Etat doté de l'arme nucléaire.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)