Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 19:32

Après avoir achevé son second mandat comme secrétaire général des Nations Unies le 31 décembre 2016, Ban Ki-moon a confirmé qu'il reviendrait en République de Corée (Corée du Sud). Par ailleurs, il laisse dire qu'il pourrait être candidat au scrutin présidentiel sud-coréen de décembre 2017, pour lequel la Présidente sortante Mme Park Geun-hye ne peut pas être candidate à sa réélection immédiate. Si Ban Ki-moon est présenté dans les sondages comme un "candidat indépendant", sa proximité avec le Parti Saenuri (conservateur, au pouvoir) dans l'hypothèse d'une candidature ne fait plus de doutes - ce qui pourrait faire les affaires de la droite, lourdement défaite aux législatives d'avril 2016 et en quête d'un candidat plus consensuel pour ne pas laisser l'opposition démocrate prendre le pouvoir.

Baromètre des intentions de vote pour l'élection présidentielle de décembre 2017 selon l'institut de sondages Realmeter : Ban Ki-moon (en gris) est en tête, suivi de candidats démocrates (en bleu, ou en vert pour Ahn Cheol-soo du Parti du peuple), un seul candidat officiellement estampillé Saenuri (Oh Se-hoon, en rouge) ferme la marche.

Baromètre des intentions de vote pour l'élection présidentielle de décembre 2017 selon l'institut de sondages Realmeter : Ban Ki-moon (en gris) est en tête, suivi de candidats démocrates (en bleu, ou en vert pour Ahn Cheol-soo du Parti du peuple), un seul candidat officiellement estampillé Saenuri (Oh Se-hoon, en rouge) ferme la marche.

Ban Ki-moon, dont la capacité à naviguer entre les courants lui a valu le surnom d'anguille, peut être satisfait : il n'a pas encore fait acte de candidature à l'élection présidentielle de décembre 2017 en République de Corée que sa probable entrée dans l'arène politique est le sujet dominant des médias sud-coréens. Avec 23,4 % des intentions de vote dans le dernier baromètre présidentiel de Realmeter, il est en tête... sauf que l'institut de sondages teste une pluralité de candidats, y compris du principal parti d'opposition (Minjoo, démocrate) : l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2012 Moon Jae-in (17,6 %), le maire de Séoul Park Won-soon (5,4 %) ou encore Lee Jae-myung (4,9 %)... quand on sait que le candidat du Parti Minjoo sera désigné à l'issue d'une élection primaire, la balance penche en faveur des démocrates - même dans l'hypothèse d'une candidature du deuxième parti démocrate (opposition), le Parti du Peuple dont la principale figure reste son fondateur Ahn Cheol-soo (11 %). Si Ban Ki-moon devenait le candidat des conservateurs, il n'a guère de réserves de voix, le candidat du Parti Saenuri le mieux placé - Oh Se-hoon - n'étant crédité que de 4,2 % des intentions de votes.

Après avoir reçu une délégation de parlementaires sud-coréens à New York le 16 septembre 2016, Ban Ki-moon cherche à occuper le devant de la scène politique. L'ancien ministre des Affaires étrangères de Roh Moo-hyun (démocrate), que d'aucuns parmi les progressistes accusent d'avoir retourné sa veste, peut ainsi compter sur le soutien indirect de Mme Park Geun-hye, dont aucun des proches n'est en mesure de l'emporter à l'élection présidentielle de 2017.

Source principale :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)