Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 16:09

Le 16 avril 2014, le naufrage du ferry Sewol au large des côtes sud-coréennes entraînait la mort de 304 passagers, majoritairement des lycéens en voyage scolaire originaires du lycée Danwon à Ansan. Deux ans après cette tragédie, le collectif Sewol Paris organise deux projections-débats autour du film Diving Bell, the Truth Shall Not Sink with Sewol (La cloche de plongée, La vérité ne doit pas couler avec le Sewol) co-réalisé par le journaliste Lee Sang-ho et le documentariste Ahn Hae-ryong, le 15 avril à l'EHESS et le 16 avril à l'INALCO. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) avait alerté l'opinion publique française sur les zones d'ombre autour de cette catastrophe et le propriétaire du Sewol, présenté ses condoléances aux familles des victimes et s'était mobilisée aux côtés des Coréens en France pour que toute la lumière soit faite sur les causes, les circonstances et les conséquences de cette tragédie. Nous rendons compte, ci-après, de la projection-débat du 15 avril 2016 à l'EHESS, animée par le réalisateur Bastian Meiresonne, qui participe à l'organisation de plusieurs festivals du cinéma asiatique, dont le Festival international des cinémas d'Asie à Vesoul - tout en saluant le tour de force réalisé par les membres du collectif Sewol Paris qui ont organisé avec succès cette projection-débat suivie par plus de 100 personnes, dont de nombreux Français, en effectuant la traduction et le sous-titrage en français du film en un temps record.

 
Bastian Meiresonne

Bastian Meiresonne

Projections à Paris du film "The Truth Shall Not Sink with Sewol" : l'exigence de vérité

Comme l'a expliqué Bastian Meiresonne en ouverture de la soirée, le film Diving Bell est un documentaire qui n'avait pas vocation à connaître une diffusion internationale. Réalisé en seulement six mois avec un budget limité, le film a été tourné à l'arraché, alors que le ferry était toujours en train de couler. Le journaliste Lee Sang-ho, co-réalisateur - dont on découvre dans le film qu'il a été licencié par Global News pour son implication aux côtés des familles des victimes - se met en scène, à la manière d'un Michael Moore, dans ce documentaire coup de poing qui révèle les circonstances de la tragédie, notamment les erreurs dans la gestion de la catastrophe par les autorités publiques et la manipulation opérée par les médias avec la complicité du Parti Saenuri au pouvoir - depuis la fausse information initiale selon laquelle tous les naufragés auraient été sauvés, jusqu'au sabotage d'une alternative organisée, sans succès, par des professionnels (avec le soutien des familles des victimes et de Lee Sang-ho) d'opérer le sauvetage de victimes en utilisant une cloche de plongée (diving bell) - laquelle a donné son nom au film.

Le simple exposé des faits, brutal, laisse sans voix : après avoir refusé l'utilisation de cette cloche de plongée, les autorités publiques (en première ligne, les garde-côtes et la marine nationale) et privées (la société Ondine à laquelle a été confiée l'organisation des secours, privatisation oblige) doivent s'y résigner face à la colère des familles des victimes. Les scènes de confrontation entre les familles, surveillées par des bataillons de policiers en civil, et le ministre chargé de la mer et le responsable des gardes-côtes font apparaître des responsables publics désemparés, apeurés, et qui ne tiennent pas parole. Après des manoeuvres dilatoires des autorités et plusieurs tentatives infructueuses, le procédé de cloche réussit techniquement mais les autorités publiques s'opposent à son déploiement... tout en menaçant de procès, par la voix de députés du Parti Saenuri, ceux qui ont eu le tort, d'après eux, d'avoir retardé les opérations de sauvetage. Un sauvetage qui a pourtant été catastrophique dès la survenue de l'accident, et ne permettra pas de sauver la moindre vie passé les premières heures, sur fond de désinformation massive quant à la réalité des moyens engagés.

Ce que montre aussi le film c'est la façon dont un des tuyaux alimentant la cloche a été coupé, de toute évidence par une intervention humaine, sabotant l'une des premières tentatives, puis la manoeuvre brutale du bateau des garde-côtes qui a failli provoqué une collision dont les conséquences auraient pu être dramatiques... pour les plongeurs privés et leur équipe utilisant la cloche. Passé cet incident interprété comme volontaire par des plongeurs américains présents sur les lieux, les professionnels privés utilisant la cloche de plongée se sont vus intimer l'ordre de partir, tandis que les médiax aux ordres les accablaient de critiques et qu'une campagne était organisée par les conservateurs au pouvoir pour exiger qu'ils soient traduits en justice au même titre que l'équipage du ferry.

S'adressant à un public averti, le documentaire ne revient pas sur les causes de la tragédie : le danger que présentait le lieu du naufrage (où 28 accidents ont eu lieu en 8 ans), la surcharge du bateau et son déséquilibre (il aurait dû être rééquilibré par 2 000 tonnes d'eau mais ne l'était que par 500 tonnes), la sous-formation de l'équipage qui a été le premier à fuir, les conséquences de la déréglementation libérale qui ont permis de prolonger la durée d'utilisation d'un ferry qui n'était plus aux normes - occidentales s'entend. 

En mettant en lumière les dysfonctionnements de la chaîne de décision publique, ainsi que les intimidations et les sabotages à l'encontre de l'équipe de sauveteurs ayant utilisé la cloche privée, le documentaire a souverainement déplu à la très autoritaire Président sud-coréenne Mme Park Geun-hye. Par conséquent, les conservateurs du Parti Saenuri alors au pouvoir (défait lors des législatives du 13 avril 2016) ont tout fait pour empêcher la projection du film, jusqu'à menacer l'existence du Festival International du Film de Busan (acronyme anglais BIFF), l'un des principaux festivals de cinéma d'Asie, où il a néanmoins été diffusé dans une version écourtée (de dix minutes) malgré les menaces et les pressions.  Alors que le débat après la projection du film s'est concentré sur les actions à conduire, le collectif des organisateurs Sewol Paris a rappelé l'initiative internationale conduite "I support BIFF".

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Naufrage du "Sewol" Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)