Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 12:11

Le 12 février 2016, le bureau élargi de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a reçu, à Antony, MM. Ri Ho-yong et Hyon Ki-chol, conseillers à la délégation générale de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), à l'occasion de la fête de l'Etoile brillante qui commémore, en RPD de Corée, l'anniversaire de naissance du Dirigeant Kim Jong-il - et a coïncidé cette année avec le lancement réussi, le 7 février 2016, du satellite "Kwangmyongsong 4" dont le nom signifie, précisément, "étoile brillante". Ces échanges, organisés à l'initiative d'André Aubry, président d'honneur de l'AAFC et ancien sénateur des Hauts-de-Seine, ancien maire d'Antony, ont aussi été l'occasion de revenir sur l'actualité récente - marquée par la hausse récente des tensions dans la péninsule coréenne qui ont conduit, malheureusement, à la fermeture de la zone industrielle de Kaesong - qui était un symbole de la coopération intercoréenne.

Réunion de l'AAFC avec les diplomates de la délégation générale de la RPD de Corée en France

S'exprimant au nom de l'AAFC, Benoît Quennedey, vice-président chargé des actions de coopération, a rappelé l'attachement fondamental de l'AAFC à la paix et à la réunification de la Corée, qui sont les objectifs de l'association depuis sa fondation en 1969 : il n'y a pas d'alternative à une solution négociée, par la voie diplomatique, car qui souhaiterait sincèrement une nouvelle guerre de Corée dévastatrice ? Les récentes initiatives de Washington et Séoul ont par ailleurs montré que l'objectif des sanctions internationales n'était ni de limiter les programmes nucléaire et balistique nord-coréens, ni de viser les produits de luxe, mais bien d'étrangler économiquement la RPDC, suivant un programme défini de longue date par les néoconservateurs américains - qui utilisent par ailleurs le prétexte nord-coréen pour une escalade militaire visant, en fait, à endiguer la Chine. A cet égard, l'absence de sanctions par le Conseil de sécurité des Nations Unies depuis l'essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier 2016 est révélateur des divergences d'intérêts et d'interprétations entre les Etats-Unis et leurs alliés d'une part, la Chine et la Russie d'autre part.

Il a également souligné la réussite technologique que représentait la mise sur orbite du satellite Kwangmyongsong-4 - reconnue même par les Etats-Unis et la Corée du Sud - alors que le programme spatial de la RPD de Corée a été initié au plus haut niveau de l'Etat nord-coréen. Les experts américains avaient aussi convenu que l'orbite du satellite artificiel était "stable" - après qu'eut, un temps, circulé, la rumeur d'un échec sur ce point.

S'appuyant ensuite sur les travaux de l'expert indépendant John Schilling, cité par le site spécialisé 38 North, il a démontré que la thèse des gouvernements américain et sud-coréen, tendant à assimiler lancement de satellite et test de missile balistique intercontinental (ICBM) et reprise quasi-unanimement par les médias occidentaux, ne résistait pas à une analyse factuelle : le lanceur Unha 3, très différent de celui d'un ICBM, apparaît comme un vecteur particulièrement inadapté à l'envoi de missile intercontinentaux.

Comparaison entre une fusée Unha 3 et un missile balistique KN-08. Selon John Schilling pour "38 North", seule la troisième partie de la fusée et peut-être une partie des appareils de pilotage sont communs avec ceux du missile balistique intercontinental nord-coréen KN-08.

Comparaison entre une fusée Unha 3 et un missile balistique KN-08. Selon John Schilling pour "38 North", seule la troisième partie de la fusée et peut-être une partie des appareils de pilotage sont communs avec ceux du missile balistique intercontinental nord-coréen KN-08.

Pour John Schilling, même si les enseignements retirés de la réussite de la mise sur orbite du satellite Kwangmyongsong-4 ne sont pas sans intérêt pour le programme de missiles ICBM de la RPD de Corée, le lancement opéré le 7 février 2016 s'inscrit selon toute vraisemblance dans un programme de recherche spatiale, comme le revendique la RPD de Corée :

Si la Corée du Nord dit que son programme vise au lancement de satellite, il tend probablement au lancement de satellites. L'intérêt de tels lancements pour améliorer les missiles balistiques est extrêmement limitée. Bien sûr, nous voudrons savoir de quels sortes de satellite if s'agit ; il y a certainement de possibles dimensions militaires au programme spatial nord-coréen. Mais c'est un autre sujet.

M. Hyon Ki-chol, conseiller de la RPD de Corée en France, a remercié l'AAFC pour ses actions et ses analyses, visant notamment à mieux faire comprendre la situation coréenne, remerciant la direction de l'AAFC pour avoir pris l'initiative de cette rencontre et de ces échanges qui ont ensuite porté, notamment, sur la dérive autoritaire de la Corée du Sud marquée par une chasse aux sorcières à l'encontre des opposants politiques et syndicaux - et qui est de nature à expliquer l'agressivité nouvelle de l'administration sud-coréenne dans son approche des relations intercoréennes.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)