Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 23:47

Le jeudi 26 novembre 2015, la République de Corée (Corée du Sud) et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ont tenu des discussions préliminaires dans le village frontalier de Panmunjeom. Cette rencontre s'inscrit dans la continuité de l'accord intercoréen d'août dernier, conclu après une forte montée des tensions, et qui a permis de nouvelles réunions de familles séparées en octobre. Les deux parties ont convenu d'une nouvelle rencontre, au niveau des vice-ministres, le 11 décembre 2015, dans la zone industrielle de Kaesong, au Nord de la péninsule, pour discuter des questions relatives à l'amélioration des relations bilatérales. Si l'AAFC se félicite du retour au dialogue, celui-ci reste néanmoins fragile.

Vers une reprise durable du dialogue intercoréen ?

Il y a deux façons d'envisager le cours des relations intercoréennes : comme pour les cycles économiques, des tendances de moyen-long termes, et des variations à plus court terme. Si les relations Nord-Sud se sont sérieusement dégradées depuis le retour au pouvoir des conservateurs à Séoul en 2008, des tentatives de renouer le dialogue sont actuellement en cours.

Les divergences restent cependant importantes : si peu - voire rien - n'a filtré des échanges intercoréens lors de la rencontre de travail qui s'est tenue à Panmunjeom le 26 novembre, les positons de chaque partie sont connues : le Nord plaide notamment pour la levée des sanctions du 24 mai, prises par la Corée du Sud deux mois après le naufrage de la corvette Cheonan le 26 mars 2010 dans laquelle l'implication du Nord manque de preuves tangibles, le Sud exige pour sa part des excuses du Nord à ce sujet. Le Nord appelle à la reprise du tourisme intercoréen dans les monts Kumgang, suspendu en 2008. Enfin, le Sud met plus particulièrement l'accent sur les réunions de familles séparées. Il semblerait sinon que le nucléaire nord-coréen ne soit plus considéré comme un préalable au dialogue par le Sud.

Si certains échanges intercoréens - de personnes et de biens - ont été autorisés par le Sud dans le cadre néanmoins des mesures du 24 mai, et que la RPD de Corée s'est abstenue récemment de toute initiative qui aurait pu conduire à une nouvelle condamnation internationale (lancement d'un satellite, essai nucléaire... malgré des annonces médiatiques récurrentes et jamais vérifiées), les divergences restent réelles entre les deux parties. C'est pourquoi, avant d'envisager une amélioration des échanges, discuter des positions respectives de chacun pour trouver un terrain d'entente semble, dans l'immédiat, un préalable indispensable, qui figure du reste au programme de la rencontre au niveau des vice-ministres prévue le 11 décembre 2015.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)