Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 19:22

Dans la nuit de lundi (24 août 2015) à mardi (25 août), les délégations de la République de Corée (Corée du Sud) et de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) sont parvenues à un accord après plus de trois jours de négociations dans le village frontalier de Panmunjeom. Cet accord a été annoncé successivement par le Sud puis par le Nord. Dans l'attente et sous réserve de publication du texte de cet accord, nous indiquons ci-après ses grandes lignes, telles qu'elles ont été annoncées dans les médias sud-coréens.

Un accord trouvé entre les deux Corée

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, la RPDC a exprimé ses regrets pour les soldats sud-coréens blessés par les explosions de mines qui ont eu lieu le 4 août dernier. Elle a également décidé de lever le semi-état de guerre. L'expression de "regrets" n'est pas identique aux "excuses" qu'exigeait jusqu'à présent la chef de l'Etat sud-coréenne, alors que la RPDC a nié toute implication dans cet incident et que la version sud-coréenne officielle mettant en cause le Nord est mise en doute, notamment par des experts étrangers.

Le Sud a décidé de suspendre sa propagande anti-RPDC par les hauts parleurs placés le long de la DMZ, qu'il avait relancée après 11 ans d'interruption suite à l'incident des mines antipersonnel du 4 août, sans exclure la possibilité de la reprendre dans certaines circonstances (en cas de "situation anormale", selon Yonhap). L'arrêt de cette propagande était une exigence fondamentale du Nord.

Les deux parties ont convenu d'une nouvelle réunion, à Séoul ou à Pyongyang, dès que possible, pour améliorer les relations intercoréennes. Par ailleurs, il a été convenu  d'une réunion de travail des Croix-Rouge début septembre, en vue d'organiser de nouvelles réunions de familles séparées autour de Chuseok, la fête coréenne des moissons, au cours de laquelle les Coréens honorent leurs ancêtres. Enfin, et toujours selon Yonhap, le Nord et le Sud travailleront également à renforcer les échanges civils dans différents domaines (sans plus de précisions de l'agence sud-coréenne).

L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) se félicite de cet accord, conclu à l'issue de discussions exceptionnellement longues. Il permet d'éloigner les risques de conflit dans la péninsule coréenne malgré la poursuite des exercices de guerre internationaux Ulji Freedom Guardian (avec une participation française), et ouvre par ailleurs des perspectives de reprise et d'approfondissement des échanges intercoréens.

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Teads - Top des blogs - International

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)