Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 17:01

A l'occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée, le député sud-coréen Moon Jae-in a tenu une conférence de presse à l'Assemblée nationale le 16 août 2015. L'adversaire malheureux de la Présidente Park Geun-hye lors de l'élection présidentielle de décembre 2012, et qui dirige l’Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD, démocrate) depuis février 2015, a prôné une autre politique intercoréenne, en mettant l'accent sur le renforcement des échanges économiques avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

Moon Jae-in, le 16 août 2015 à l'Assemblée nationale

Moon Jae-in, le 16 août 2015 à l'Assemblée nationale

S'inscrivant dans la droite ligne des administrations démocrates au pouvoir à Séoul entre 1998 et 2008, Moon Jae-in a jugé nécessaire de renforcer les échanges intercoréens pour préparer la réunification, tout particulièrement dans le domaine économique :

Nous devons dresser une nouvelle carte économique de la péninsule coréenne en étendant le territoire de nos activités économiques vers la Corée du Nord et le continent (...) Si nous arrivons d’abord à établir une communauté économique, même si nous ne pouvons pas (tout de suite) réaliser l’unification des deux Corées, la taille de notre économie pourra s’accroître avec un marché de 80 millions d’habitants et un revenu par tête de 30.000 dollars grâce à l’entrée au Nord de nos entreprises.

En mettant en avant les bénéfices que chaque partie de la Corée retirerait d'un accroissement des échanges économiques, Moon Jae-in a pris le contrepied des administrations conservatrices (au pouvoir à Séoul depuis 2008) qui, tout en privilégiant les aspects sécuritaires dans les relations Nord-Sud, ont bloqué l'essor du commerce intercoréen. Pour Moon Jae-in, la mise en place d'une communauté économique intercoréenne accroîtrait le PIB sud-coréen de 0,8 % par an jusqu’en 2050, générant 50.000 emplois nouveaux par an.

Etablies unilatéralement par le Sud en 2010 après le dramatique naufrage de la corvette "Cheonan" (dont la cause est une torpille nord-coréenne selon Séoul, ce que nie farouchement Pyongyang, les preuves avancées par la Corée du Sud étant très contestées par de nombreux experts), les mesures dites du 24 mai (2010) interdisent pour l'essentiel les échanges économiques intercoréens, sauf dans la zone économique spéciale nord-coréenne de Kaesong. Moon Jae-in préconise la levée de ces mesures, ce que refusent les autorités conservatrices sud-coréennes.

Moon Jae-in a également réitéré la position démocrate traditionnelle en faveur des échanges et du dialogue Nord-Sud : il a proposé une réunion 2+2 (République de Corée - RPDC d'une part, RPDC - Etats-Unis d'autre part) en vue d'une reprise rapide des pourparlers à six. Le chef de l'opposition sud-coréenne a jugé nécessaire l'intensification des échanges, officiels ou officieux, Nord-Sud.

L'AAFC soutient pleinement les propositions de Moon Jae-in, alors que la politique de fermeté suivie par les administrations conservatrices sud-coréennes de Lee Myung-bak et de Park Geun-hye depuis 2008 a fait la preuve de son inefficacité. Cette politique a considérablement réduit les perspectives d'investissement au Nord des entreprises sud-coréennes, accru les tensions dans la péninsule coréenne sans pouvoir entraver, comme prétendaient naguère y parvenir les oracles de la droite sud-coréenne, les progrès des programmes nucléaires et balistiques nord-coréens.

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)