Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 22:54

Comme nous l'annoncions dans notre édition du 19 juillet 2015, le groupe de rock industriel Laibach s'est produit en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) les 19 et 20 août 2015. Le 25 août dernier,  un des membres du groupe, Ivo Saliger, a donné une interview en anglais à Kory Grow, du magazine en ligne Rolling Stone. S'il n'est ni un spécialistes de la Corée, ni un diplomate, il a vécu dans une démocratie populaire et fait surtout part de ses impressions non seulement comme musicien, mais aussi comme voyageur, en partageant comme Damon Albarn (du groupe Blur) une fascination pour le pays, et surtout pour ses habitants. Nous reproduisons et traduisons ci-après des extraits de l'entretien qu'Ivo Saliger a donné à Lory Grow.

Le groupe Laibach place Kim Il-sung

Le groupe Laibach place Kim Il-sung

Qu'est-ce qui vous a plu et vous a déplu dans le pays ?


Les Coréens en général sont vraiment le plus beau joyau du pays. Il n'y avait aucun cynisme, ni sarcasme, ironie, vulgarité et autres "caractéristiques occidentales" dans leurs regards, sur leurs visages et dans leurs comportements. Il n'y avait qu'une modestie sincère, de la gentillesse, de la fierté et du respect. Il n'y a pas eu de parade militaire pour le 70e anniversaire de la libération, mais des gens dansant partout, avec grâce, dans les rues et les parcs de Pyongyang.

Observer les femmes policières faisant la circulation était vraiment amusant. Elles accomplissaient un rituel biomécanique des plus surprenants, presque à la manière de robots, aux carrefours, probablement toute la journée.

Ce que nous n'avons pas aimé est que nous ne pouvions pas nous déplacer librement, dans un pays qui est presque hermétiquement isolé du monde extérieur et ainsi de toute la pollution médiatique, des étrangers et des sujets toxiques qui pourraient potentiellement diffuser une maladie idéologique dans cette Utopie communiste, un "Truman show" collectif.

Quelles conceptions erronées les Occidentaux ont-ils de la Corée du Nord ?

Quelles conceptions erronées n'ont-ils pas ? C'est un pays que tout le monde en Occident aime détester, mais la plupart des récits de tabloïd à propos de la RPDC sont entièrement faux : ils ne mangent pas leurs propres enfants, ils ne jettent pas les gens aux chiens et ils ne souffrent pas de famine à cause d'un manque de nourriture.

Par exemple, les Américains en Corée du Nord ne sont pas du tout détestés, mais bienvenus. Et les Coréens n'assimilent pas le peuple américain à la politique du gouvernement américain. Entrer en Corée du Nord n'est absolument pas si difficile. De fait, c'est généralement plus facile que d'entrer aux Etats-Unis.

Pyongyang, qui a été complètement bombardée et détruite pendant la guerre de Corée - du fait bien sûr des bombes américaines - est aujourd'hui une belle ville, propre, bien ordonnée et riche en couleurs avec une architecture et des parcs impressionnants.

Les Nord-Coréens rient, sourient et plaisantent énormément et les gens à travers le pays sont incroyablement bien et "dignement" habillés. Ils apprennent les langues étrangères ; les enfants commencent à apprendre l'anglais à l'âge de sept ans. Les Coréens sont prêts à s'ouvrir au monde extérieur, mais ils veulent le faire lentement, à leur façon, et d'une manière très différente des Chinois.

Qu'est-ce qui vous a surpris le plus en Corée du Nord ?

Ils produisent une excellente bière. Elle est en fait considérée comme une boisson à faible teneur en alcool et les minidistilleries sont là-bas très populaires. Vous pouvez aussi boire de la bière librement à partir d'un container ouvert dans la rue et fumer à l'intérieur des hôtels et des cafés sans risquer de vous retrouver en prison. Pyongyang, comme le reste du pays, est probablement l'endroit le plus sûr au monde pour se balader - s'ils vous laissent vous promener, bien sûr. Et pour ceux qui consomment du cannabis, la Corée du Nord est un pays très libéral, où la détention de cannabis est en fait légale.

 

Concert de Laibach au théâtre Ponghwa le 19 août 2015

Concert de Laibach au théâtre Ponghwa le 19 août 2015

Comment le public a-t-il réagi aux concerts ?

Les Coréens n'avaient jamais entendu une telle musique auparavant, et ils ne savaient donc pas vraiment qu'en penser. Mais, à nouveau, ils ont réagi poliment, applaudissant après chaque morceau, et même à la fin du concert, ils nous ont donné une ovation debout (Peut-être qu'ils étaient contents que ce soit fini. L'ambassadeur syrien n'a visiblement pas beaucoup aimé le spectacle - il a fait le commentaire que "c'était trop lourd - presque comme une torture").

Lors du second spectacle, à l'école de musique Kum Song, les membres de Laibach ont produit deux chansons acoustiquement, avec les musiciens de l'école coréenne. Le reste du spectacle était en fait un programme de démonstration par l'école elle-même, réalisé en l'honneur de Laibach. La musique était incroyable, et nous avons tout entendu, depuis des rythmes style bonbon ressemblant à la musique japonaise des années soixante-dix à de l'électro-acoustique expérimental, presque le style de musique du genre d'Arca, joué à la guitare électrique et sur des synthés, combinés à leurs instruments traditionnels. Morten Traavik, qui s'est aussi produit avec Laibach, s'est plongé sur scène à la fin du spectacle, et en signe de remerciement il a offert un cadeau à l'école (...).

Comment le public a-t-il reçu vos visuels ?

Le comité de censure a eu des problèmes avec beaucoup d'entre eux. Ils ne veulent pas voir de nudité ou d'images potentiellement agressives, mais nous sommes parvenus à garder la plupart des visuels qui ont été projetés sous leur forme originale. Le public utilise en fait des fusées et des explosifs coréens, parce que c'est ce dont on se sert dans la musique populaire coréenne et chez les groupes militaires pour les projections en arrière-plan durant les concerts.

Il y a aussi eu une chanson coréenne, n'est-ce pas ?

Nous voulions présenter trois importantes et célèbres chansons coréennes : "Une vie et une mort honorables", "Arirang" et "Nous irons au Mont Paektu". A la fin, leurs censeurs nous ont demandé de retirer "Une vie..." et "Le Mont Paektu", parce que nous avions fait trop de modifications par rapport aux chansons originales, et qu'ils sont extrêmement sensibles à ce qui touche leur propre culture.

Finalement, qu'est-ce les Nord-Coréens ont pensé de votre musique après les concerts ?

Il y a eu cette brillante remarque d'un Coréen âgé. Après le spectacle, il nous a dit : "Je ne savais pas qu'il existait une telle musique dans le monde. Maintenant je le sais".

Source : extraits traduits de l'article en anglais, disponible intégralement à l'adresse suivante

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Culture Voyages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)