Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 12:09

Le Professeur Won Tai Sohn (ou Sohn Won-tai, si l'on suit l'usage coréen de placer le prénom après le nom), devenu Coréen américain, a été un témoin oculaire privilégié des débuts de la résistance engagée par le Président Kim Il-sung en Chine du Nord-Est. Alors que la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) s'apprête à commémorer le vingt-et-unième anniversaire de la disparition de son fondateur, le 8 juillet 1994, nous reproduisons ci-après, traduit de l'anglais, l'opinion qu'a gardée du Président Kim Il-sung Won Tai Sohn, un Coréen américain marqué par le christianisme et a revu le fondateur de la RPD de Corée dans les dernières années de sa vie, et qui témoignent d'une reconnaissance du rôle historique qu'il a joué au-delà des milieux de gauche.

Comment Won Tai Sohn considérait le Président Kim Il-sung

Je pense que Kim Il Sung, au cours de sa direction de la Corée depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, a mérité et reçu une reconnaissance comme étant un dirigeant politique de grande envergure dans de nombreuses parties du monde. Il existe diverses approbations de son idéologie politique et de sa direction politique des affaires sous une forme de gouvernement socialiste-communiste. Ayant été docteur en médecine pendant la plus grande partie de ma vie, je n'ai pas l'intention de m'engager dans des débats pour savoir si telle ou telle interprétation peut évaluer de manière correcte sa contribution politique. Néanmoins, je considère devoir formuler mes idées concernant ce que j'ai vu, entendu et ressenti pendant mes visites en Corée du Nord.

J'ai trouvé une réponse à beaucoup de mes questions de mes expériences personnelles en République populaire démocratique de Corée. Le patriotisme est une vertu dont il est plus facile de se revendiquer que de la mettre en oeuvre. Mon père, le Révérend Sohn Jong Do, était un ministre méthodiste qui avait un profond amour pour la Corée et ses compatriotes. Malgré les persécutions, ce sont l'amour et le patriotisme qui ont fondé son opposition à l'occupation japonaise de la Corée et à travailler pour sa liberté, même si cet engagement devait finalement lui coûter la vie. Sa motivation était la même que celle d'Ahn Chang Ho, un des proches amis de mon père et également un combattant pour l'indépendance. M. Ahn était l'un des dirigeants du gouvernement provisoire coréen à Shanghaï, tout comme Syngman Rhee. Tous, y compris Kim Il Sung, ont fait la preuve de leur patriotisme par leurs actions, et non par grandiloquence politique.

Le Président Kim Il Sung a dédié sa vie à sa vision du communisme et il est resté immuable à ses principes tout en travaillant pour le bien du peuple. Il a maintenu l'idée que les intérêts du pays et du peuple doivent être placés au-dessus de l'idéalisme communiste et que la révolution n'était juste que si elle était menée pour l'amour du peuple. Ma vision du communisme est très simple : s'il a pour objectif d'aider les pauvres et de garantir à tous les citoyens les moyens de mener une vie égale et heureuse, il n'est pas très différent de la pure doctrine du christianisme des origines. Néanmoins, je m'oppose totalement aux doctrines extrêmes qui appellent à l'abolition de la propriété privée et à l'expropriation des riches. L'idée selon laquelle les travailleurs n'ont pas de patrie me semble tout aussi absurde.

En Corée du Nord, j'ai appris qu'était suivie une doctrine différente du communisme. Juste à la sortie de la voie rapide qui mène de Sunan à Pyongyang, près de l'aéroport international, se trouve le cimetière des Martyrs patriotes. Sont enterrés là des patriotes qui ont dédié leur vie à la libération et à l'indépendance de la Corée. J'ai trouvé là les tombes de Choe Tong Ho, que j'avais connu pendant mon enfance à Jilin, An Jae Hong, Jo So Ang, Jo Wan Gu et Om Hang Sop. Ils étaient de vrais nationalistes et des figures importantes du gouvernement coréen provisoire à Shanghaï. La Corée du Sud considère qu'ils ont tous été "enlevés" par la Corée du Nord. Kim Il Sung m'a dit qu'il aurait également voulu que les restes de mon père soient enterrés là mais qu'ils n'avaient pas été retrouvés (...)

Je ne peux qu'admirer la sensibilité du Président Kim Il Sung. C'était un homme qui aimait la nation et le peuple et plaçait le bien-être du pays au-dessus de tout autre but ou idéal. J'ai pu reconnaître son patriotisme dans chaque aspect de la construction du gouvernement socialiste de la Corée du Nord.

é

Source : Won-tai SOHN, Kim Il-sung and Korea's Struggle. An unconventional firsthand story, Mc Farland and Company Inc. Publishers, Jefferson (Caroline du Nord) et Londres, 2003. ISBN 0-7864-1589-4. Extraits du chapitre 19 (titre anglais : "Genuine Patriotism"), p. 174 sq.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Coréens d'outre mer Politique de la RPDC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)