Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 20:16

Le 22 juin 2015, le comité d'organisation des Universiades de Kwangju, en République de Corée (Corée du Sud), a annoncé que la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) annulait sa participation. Cette décision, qui touche d'abord les athlètes nord-coréens, est la conséquence - hélas - logique d'une politique de confrontation entretenue par les autorités sud-coréennes, en l'occurrence sur l'argument des droits de l'homme alors que la Corée du Sud est loin d'être exemplaire en ce domaine. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) plaide une nouvelle fois pour que cesse l'escalade des tensions, dans l'intérêt du peuple coréen de toute la péninsule. Par ailleurs, les coopérations intercoréennes dans les domaines sportif et culturel ne devraient pas pâtir de considérations politiques.

Pourquoi la Corée du Nord a-t-elle annulé sa participation aux Universiades de Kwangju ?

C'est par un courrier électronique, reçu le 19 juin 2015, que le comité d'organisation des Universiades 2015 de Gwangju a appris que la RPDC ne pourrait pas se joindre à cet événement, qui commencera le 3 juillet prochain dans la ville sud-coréenne. En mars, la RPDC avait annoncé la participation d'une équipe de 108 athlètes aux Universiades de Kwangju, notamment en athlétisme, plongée, gymnastique, tennis de table, football féminin et handball féminin.

 

La partie nord-coréenne a expliqué que cette décision était motivée par l'ouverture prochaine, à Séoul, du bureau des Nations Unies sur les droits de l'homme en RPD de Corée, qui est d 'abord - sinon essentiellement - le fruit du lobbying de forces néo-conservatrices principalement implantées aux Etats-Unis.

 

L'AAFC a déjà souligné que la position des Nations Unies, et les méthodes qu'elles utilisent, pour dénoncer les atteintes aux droits de l'homme en Corée du Nord étaient totalement inadaptées à l'objectif poursuivi, et risquaient seulement de dégrader encore davantage les relations internationales s'agissant de la question coréenne. Notre lettre à Joachim Rücker, Président du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, n'a pas reçu de réponse - apportant ainsi la preuve du parti pris délibéré de cet organisme des Nations Unies s'agissant de la RPD de Corée.

 

Le choix d'ouvrir un bureau à Séoul apparaît d'autant plus comme une provocation que la République de Corée est engagée dans une dérive autoritaire qui soulève des inquiétudes de plus en plus vives des ONG de défense des droits de l'homme et d'autres organisations, au premier rang desquelles le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud.
 

Principale source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes Sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)