Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 18:31

Au quinzième anniversaire de la Déclaration commune Nord-Sud du 15 juin 2000, les autorités de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ont proposé une nouvelle fois à la République de Corée (Corée du Sud) de s'engager sur la voie du dialogue et des négociations. Mais, une fois encore, les autorités sud-coréennes, d'obédience conservatrice, ont balayé d'un revers de main cet appel à la réconciliation et à la coopération intercoréennes. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) déplore une nouvelle occasion manquée pour substituer un climat de dialogue à la confrontation et aux tensions.

Les autorités nord-coréennes accordent une grande importance aux anniversaires des déclarations conjointes Nord-Sud du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007, fondements du dialogue et du rapprochement intercoréens : le 4 octobre 2014, une délégation nord-coréenne de haut niveau avait ainsi visité la Corée du Sud à l'occasion de la clôture des Jeux asiatiques d'Incheon (sur cette photo, Hwang Pyong-so, vice-président de la Commission de la défense nationale de la RPD de Corée, et Ryu Kihl-jae, ministre de la Réunification de la République de Corée)

Les autorités nord-coréennes accordent une grande importance aux anniversaires des déclarations conjointes Nord-Sud du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007, fondements du dialogue et du rapprochement intercoréens : le 4 octobre 2014, une délégation nord-coréenne de haut niveau avait ainsi visité la Corée du Sud à l'occasion de la clôture des Jeux asiatiques d'Incheon (sur cette photo, Hwang Pyong-so, vice-président de la Commission de la défense nationale de la RPD de Corée, et Ryu Kihl-jae, ministre de la Réunification de la République de Corée)

Pour montrer la sincérité de son offre de dialogue à l'occasion de l'anniversaire de l'historique Déclaration du 15 juin 2000, la RPD de Corée a mis les formes : pour la première fois depuis le 7 juillet 2014, lorsque Pyongyang avait annoncé pour que des supportrices du Nord participeraient aux Jeux asiatiques d'Incheon (en Corée du Sud), c'est le Gouvernement qui a signé le communiqué formulant une nouvelle proposition d'échanges et de coopération entre les deux parties divisées de la Corée. Deux conditions ont toutefois été posées : l'arrêt des exercices militaires conjoints américano - sud-coréens, et la fin des "invectives" contre la RPD de Corée, en appelant à ce que s'instaure "une atmosphère de confiance et de réconciliation".

Le principe selon lequel les deux gouvernements coréens doivent s'abstenir mutuellement de se critiquer, en reconnaissant le système politique et social de l'autre partie, est au coeur des principes consacrés par la Déclaration commune Nord-Sud du 15 juin 2000. Quant à la suspension des exercices de guerre américano - sud-coréens, c'est une demande nullement déraisonnable pour qui souhaite réellement créer les conditions d'un dialogue sincère : déjà, dans les années 1990, lorsque des discussions portaient sur le nucléaire nord-coréen, ces exercices avaient été suspendus pour favoriser un climat d'échanges et apaiser les tensions. Mais les faucons au pouvoir à Séoul ont la mémoire courte...

Fidèle à sa ligne intransigeante, le ministère de la Réunification sud-coréen n'a même pas considéré sérieusement ce nouveau appel au dialogue, parlant de "préconditions déplacées" et observant, avec agressivité, que la RPD de Corée devait "suspendre immédiatement ses actes de provocation". Dans la curieuse rhétorique des conservateurs sud-coréens, il est devenu traditionnel de dénoncer les appels au dialogue nord-coréens comme des "provocations" (sic), tout en prétendant légitimer les exercices de guerre menés conjointement avec les Etats-Unis - les plus importants au monde - comme étant soi-disant de nature "défensive"...

Alors que cette année marque le 70e anniversaire de la libération de la Corée de l'occupation japonaise, l'occasion était belle de relancer le dialogue Nord-Sud. Mais pour dialoguer il faut être deux, et la droite sud-coréenne n'en éprouve manifestement aucune envie.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)