Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 16:23

Le 11 mai 2015, S.E. Ri Sung-gil a présenté ses lettres de créances au président vénézuelien Nicolas Maduro, qui a souligné la solidarité de Pyongyang et Caracas dans "le combat pour l'indépendance et le socialisme, contre l'impérialisme" selon l'agence nord-coréenne KCNA. Suite à un accord intergouvernemental en ce sens conclu en juin 2014, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ouvre ainsi une ambassade à Caracas - où elle avait auparavant mis en place une délégation commerciale, l'ambassadeur nord-coréen auprès de la République bolivarienne du Venezuela étant en poste à Cuba (tandis que l'ambassadeur vénézuelien auprès de la RPD de Corée est en poste à Pékin).

Du 2 au 4 octobre 2013, Jon Yong-jin, ambassadeur de la RPD de Corée en poste à Cuba également accrédité auprès du Venezuela, avait visité la République bolivarienne en vue de l'ouverture d'une ambassade à Caracas, où il s'était déjà rendu en mars 2013. Le 4 octobre 2013, il avait rencontré deux députés présidant la commission des Affaires étrangères, le communiste Yul Jabour (C) et le socialiste Julio Chavez. A l'occasion de cette visite, le Président vénézuelien Nicolas Maduro avait "exprimé sa conviction que les relations amicales et de coopération entre les deux pays se renforceraient sur la base du respect mutuel et des intérêts bilatéraux". L'ambassadeur nord-coréen avait pour sa part déclaré qu'en cas d'attaque américaine sur le Venezuela, la RPDC "n'hésiterait pas à rejoindre le combat contre l'Empire pour défendre la souveraineté nationale et la Révolution bolivarienne", et souligné le rejet par la RPDC de "la politique interventionniste conduite par les Etats-Unis à travers leurs ambassades".

La RPD de Corée et le Vénézuela ont établi des relations diplomatiques en 1974, mais il n'y avait pas eu jusqu'alors d'ouverture d'une ambassade nord-coréenne à Caracas, ni d'une ambassade vénézuelienne à Pyongyang. Pour sa part, la République de Corée (du Sud) avait établi des relations diplomatiques avec le Vénézuela en 1973.

En 1991, un bureau commercial de la RPD de Corée a ouvert ses portes au Vénézuela.

Après la révolution bolivarienne, Caracas et Pyongyang ont renforcé leurs liens, avec des visites réciproques de délégations dans les domaines économique et diplomatique. En octobre 2005, Yang Hyong-sop, alors vice-président du Praesidium de l'Assemblée populaire suprême de la RPD de Corée, avait visité le Venezuela. Un accord commercial bilatéral a été conclu en 2005. En 2010, les équipes nationales de football ont joué des matchs amicaux, avant la participation de la RPD de Corée à la Coupe du monde.

Au lendemain de la disparition du Dirigeant Kim Jong-il en décembre 2011, le Président Hugo Chavez avait témoigné de "ses sentiments de profonde solidarité avec le peuple coréen qui a perdu son dirigeant", et exprimé "sa conviction que le peuple coréen réaliserait certainement la prospérité de son pays".

Lorsque le Président Hugo Chavez nous avait quittés en mars 2013, le Président Kim Yong-nam, président du Praesidium de l'Assemblée populaire suprême de la RPD de Corée, exerçant à ce titre les fonctions de chef d'Etat, avait adressé ses condoléances à Nicolas Maduro, alors vice-président et chef d'Etat par intérim, en soulignant les réalisations du premier président de la République bolivarienne du Venezuela pour défendre la souveraineté de son pays et permettre l'intégration régionale en Amérique latine.

Après les visites diplomatiques de 2013, le ministère vénézuélien des Affaires étrangères avait annoncé, en juin 2014, l'ouverture d'une ambassade nord-coréenne à Caracas. Il s'agit de la cinquième ouverture d'ambassade de la RPD de Corée en Amérique latine, après celles (dans l'ordre alphabétique) du Brésil, de Cuba, du Mexique et du Pérou.

Dans sa dépêche en date du 17 mai 2015 rendant compte de la remise de créances de S.E. Ri Sung-gil au Président Nicolas Maduro, l'agence nord-coréenne KCNA a souligné la convergence des combats menés par Caracas et Pyongyang contre l'impérialisme et pour la souveraineté des nations :
 

Le Président a dit que le Venezuela et la RPDC sont éloignés géographiquement mais qu'ils entretiennent des relations fraternelles, car ils ont toujours coopéré ensemble et se sont soutenus mutuellement dans leurs efforts pour construire le socialisme et contre l'impérialisme.

Il a ajouté que les deux pays ont approfondi leur compréhension mutuelle à travers des visites et des contacts de haut niveau. Ils ont coopéré étroitement sur la scène internationale, et ont ainsi développé leurs relations bilatérales.

Il a appelé à renforcer fermement le soutien et la coopération mutuels pour élever encore davantage le niveau des relations bilatérales, et à poursuivre main dans la main le combat pour l'indépendance et le socialisme, contre l'impérialisme.

La solidarité anti-impérialiste ainsi exprimée par deux pays ciblés par Washington, notamment sur le terrain des droits de l'homme, n'est pas seulement verbale : la République bolivarienne du Vénézuela a rejeté de manière constante les résolutions des Nations unies et de sa Commission des droits de l'homme sur la RPD de Corée, considérant qu'il s'agissait de manoeuvres des Etats-Unis et de leurs alliés. Début 2015, la Bolivie et l'Equateur ont par ailleurs rejoint le Vénezuela dans son opposition.

La Révolution bolivarienne insiste, comme les idées du Juche, sur le principe d'indépendance nationale dans la construction du socialisme, ainsi que l'a souligné Adina Bastidas, ancienne vice-présidente de la République bolivarienne du Vénézuela, lors d'un séminaire sur les idées du Juche qui s'est tenu au Vénézuela le 11 avril 2015.


Sources :

Partager cet article

Repost 1
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)