Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 08:39

En visite en République de Corée (Corée du Sud) les 3 et 4 juillet 2014, le président chinois Xi Jinping a mis l'accent sur le renforcement des liens économiques et diplomatiques traditionnels entre Pékin et Séoul, afin d'enrichir le "partenariat coopératif stratégique" entre les deux pays. L'Association d'amitié franco-coréenne revient sur les principaux résultats de cette visite.

Le Président Xi Jinping à Séoul (source : Le Monde / Reuters)

Le Président Xi Jinping à Séoul (source : Le Monde / Reuters)

Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et la République de Corée (Corée du Sud) en 1992, les deux pays ont noué d'importantes relations économiques et politiques dans le cadre desquelles s'inscrit la visite du numéro un chinois Xi Jinping en Corée du Sud, ces 3 et 4 juillet 2014.

Les relations économiques et commerciales ont figuré au premier plan, avec la tenue d'un forum de coopération économique et commercial bilatéral le 4 juillet. L'un des objectifs affirmés a été de porter le commerce bilatéral à 300 milliards de dollars en 2015, en mettant l'accent sur des domaines tels que les nouvelles énergies, les télécommunications et les systèmes de fabrication intelligents. Les négociations bilatérales sur un accord de libre échange doivent s'accélérer en vue d'une conclusion avant la fin de cette année, la Chine souhaitant en outre établir un système de compensation du yuan. Par ailleurs, des dispenses de visa ont été évoquées par le président chinois afin d'encourager les échanges de personnes, alors que les deux pays doivent s'engager dans le cadre d'années croisées sur le tourisme en 2015 et 2016.

S'agissant des relations internationales, Pékin et Séoul ont insisté sur la nécessité d'une reconnaissance par le Japon du crime commis à l'encontre des "femmes de réconfort" - les anciennes esclaves sexuelles de l'armée nippone pendant la Seconde guerre mondiale. Ils ont par ailleurs dénoncé les déclarations du Premier ministre Shinzo Abe sur la possibilité que le Japon engage des troupes pour aider ses alliés en cas d'attaque comme étant contraire à la Constitution pacifiste japonaise - la position de Tokyo ayant en revanche reçu le soutien des Etats-Unis. L'année prochaine marquera le 70ème anniversaire de la victoire dans la Seconde guerre mondiale, les Chinois et les Coréens ayant été les uns et les autres victimes du militarisme japonais.

Alors que la construction de la base navale dans l'île de Jeju, qui pourra accueillir des équipements américains, apparaît comme implicitement dirigée contre la Chine, les deux pays ont simplement envisagé d'engager des discussions sur leurs frontières maritimes.

Sur la question très attendue du nucléaire, la déclaration conjointe a réaffirmé que les deux pays étaient opposés à la présence d'armes nucléaires dans la péninsule coréenne et que cette question devait être réglée dans le cadre des pourparlers à six, la Chine ayant une "évaluation active" (et pas explicitement un soutien) des "efforts" sud-coréens pour améliorer les relations intercoréennes en vue d'une réunification pacifique de la péninsule. La rédaction employée se réfère à toute la péninsule coréenne (Nord comme Sud), sans mention explicite des armes nucléaires nord-coréennes dans la déclaration conjointe. Les formules utilisées tiennent compte de l'équilibre des relations qu'entretient la Chine avec les deux gouvernements coréens.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Chine-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)