Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 15:39

Alors que l'Europe célébre le centième anniversaire du déclenchement de la Première guerre mondiale pour refuser la guerre comme mode de règlement des conflits entre Etats, des étudiants sud-coréens ont visité la France et l'Europe et ainsi rappelé que, dans la péninsule coréenne où aucun traité de paix n'a été signé depuis l'armistice de la guerre de Corée en 1953, agir pour la paix reste d'une brûlante actualité. Militant pour la conclusion d'un traité de paix en Corée, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a participé à l'organisation d'une rencontre des étudiants avec Mme Kil Won-ok pour protester contre l'utilisation des femmes comme armes de guerre, ainsi que d'autres visites à Paris. Grâce à Liliane Boussel, correspondante régionale de l'AAFC en Limousin, les participants du voyage pour la paix "Rêve de papillon" ont aussi pu visiter Oradour-sur-Glane en présence de Camille Senon, une des dernières rescapées du massacre. Un compte rendu a été publié le 27 juin 2014 sur le site de France 3-Limousin, ainsi qu'un reportage de Rahabia Issa, Anthony Borlot et Bastien Boulesteix.

Voyage en Europe d'étudiants coréens pour la paix

Ils étaient 48 étudiants sud-coréens, accompagnés de 2 Japonais, pour comprendre le martyr d'Oradour-sur-Glane et rendre hommage aux 642 victimes, le 10 juin 1944, de la division SS Das Reich. Alors que l'occupation japonaise de la Corée (1910-1945) et la guerre de Corée (1950-1953) ont donné lieu à des massacres d'une violence inouïe, se souvenir du massacre d'Oradour-sur-Glane est emblématique des valeurs du combat universel pour la paix.

Les étudiants et leurs accompagnateurs ont visité le centre de mémoire puis l'ancien village, dont les ruines ont été conservées pour perpétuer le souvenir des violences commises par l'occupant nazi.

Ils ont été guidés par Camille Senon, survivante du tramway d'Oradour-sur-Glane, qui a fait partie des quelques personnes rentrées assez tard de Limoges pour échapper au massacre mais pour, hélas, découvrir l'horreur du village en feu et de la disparition de sa famille. La jeune femme, devenue après la guerre militante politique et syndicale, a fait de la recherche des responsabilités de ce qui s'est passé le combat d'une vie. 

Principale source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)